L’identité du vampire du Connecticut révélée grâce à son ADN

En 1990, des enfants qui étaient en train de jouer prêt d’une fosse à Griswold, dans le Connecticut (États-Unis), sont tombés sur une paire de crânes qui s’étaient retrouvés en dehors de leurs tombes, situées dans un cimetière datant du 19e siècle. Des fouilles ont révélé que le cimetière comprenait 27 tombes, dont une qui appartenait à un homme dont on ignorait l’identité.

Les seuls indices concernant l’identité de cet homme étaient les initiales « JB55 » marquées à l’aide de punaises en laiton sur son cercueil. D’après les scientifiques, la disposition des ossements de cet homme laisse penser que son entourage le soupçonnait d’être un vampire.

Le CRISPR utilisé dans un traitement contre le cancer aux Etats-Unis

Crédits Pixabay

Le crâne et les membres de ce dernier avaient été disposés soigneusement en forme de croix dans son cercueil. A cette époque, les gens croyaient que cela empêchait les vampires de revenir à la vie.

Le mystère enfin résolu

Après la découverte des ossements de cet inconnu, le National Museum of Health and Medicine (NMHM) a prélevé un échantillon d’ADN provenant de son fémur. Malheureusement, au début des années 90, il n’était pas encore possible d’effectuer des identifications fiables à partir de l’analyse d’ADN.

« Ce cas a été un mystère depuis le début des années 1990. » a déclaré la scientifique Chara Marshall au micro du The Washington Post. « Maintenant que nous avons accès à une technologie plus avancée, nous nous sommes de nouveau penchés sur le cas de JB55 pour essayer de découvrir qui il était. » Après leur analyse, les scientifiques ont pu conclure que les ossements appartenaient à un fermier du nom de John Barber.

Victime d’une tuberculose

Les chercheurs ont utilisé le profilage de l’ADN chromosomique Y et ont croisé les marqueurs génétiques avec une base de données généalogique en ligne pour découvrir l’identité de cet homme. Le résultat le plus proche coïncidait avec le nom de famille « Barber. »

En fouillant dans les archives, les scientifiques sont remontés jusqu’à un certain Nathan Barber, décédé à l’âge de 12 ans, qui a fait l’objet d’un avis dans un journal remontant à 1826. Il était le fils d’un certain John Barber, âgé de 55 ans. Leur tombe se trouvait côte à côte. Celle de Nathan Barber était marquée des initiales « NB13. »

D’après les cherheurs, John Barber serait mort d’une tuberculose. Ce serait cette maladie, très répandue à l’époque, qui aurait poussé les gens de sa communauté à croire qu’il était un vampire.