L’inde veut interdire la vente sur son territoire d’une partie des téléphones d’origine chinoise

Entre les autorités indiennes et entreprises chinoises de vente de téléphones, le bras de fer continue toujours. Celui-ci pourrait même prendre une autre tournure.

Crédits Pixabay

En effet, après avoir accusé les marques chinoises Oppo, Vivo et Xiaomi de fraude fiscale ainsi que de blanchiment d’argent, l’Inde leur a infligé de grosses amendes. Désormais, les autorités du pays cherchent à interdire la vente sur son territoire d’un certain nombre de téléphones mobiles fabriqués par des entreprises chinoises. Officiellement, le but de cette manœuvre qui ne devrait pas plaire à Pékin est de redonner un souffle aux entreprises indiennes qui seraient étouffées par la concurrence chinoise.

Une interdiction de vente sur les smartphones chinois de moins de 12 000 roupies

Selon un rapport publié ce 9 août 2022 par Bloomberg, l’Inde travaille à réduire la quantité de smartphones chinois vendus sur son marché. Pour cela, les autorités du pays ont pris pour cibles les smartphones chinois qui sont commercialisés à moins de 12 000 roupies, soit approximativement 147 euros.

La mise en place de cette mesure permettrait de venir en aide à des marques indiennes comme Micromax, Lava et Karbonn, qui pourraient retrouver des couleurs sur ce segment de marché. Il faut d’ailleurs rappeler qu’avant que les entreprises étrangères n’investissent le marché indien, Lava et Micromax totalisaient pratiquement la moitié des ventes de smartphones dans le pays. Un pourcentage qui s’est réduit à peau de chagrin depuis l’arrivée de concurrents provenant de la Chine et de la Corée du Sud.

Le rapport de Bloomberg indique également que les autorités indiennes ne comptent pas s’arrêter à cette seule mesure de limitation. Le but non avoué est de sortir complètement du marché indien, toutes les marques chinoises. Si cela est vrai alors Xiaomi, Realme, Oppo, Vivo, Poco, Itel, Infinix et Tecno ont beaucoup de soucis à se faire.

L’Inde, un marché dominé outrageusement par les marques chinoises

Aujourd’hui, l’Inde est considérée comme étant le deuxième plus important marché de ventes de portables dans le monde. Malheureusement, celui-ci échappe complètement aux acteurs indiens qui sont obligés de se contenter des miettes laissées par la concurrence.

Il s’agit notamment de l’ogre chinois qui a réussi à s’imposer sur le marché indien des smartphones grâce à une politique de prix très agressive sur des portables offrant des caractéristiques très intéressantes. Le symbole de la stratégie chinoise reste le segment des téléphones vendus à moins de 12 000 roupies. Celui-ci est largement dominé par les marques chinoises. Même Samsung qui est le plus gros vendeur de téléphones dans le monde n’arrive pas à rivaliser.

Quand on décortique un peu plus les chiffres, on se rend plus compte de la mainmise du cartel des fabricants chinois sur cette portion du marché indien. Selon les données de Counterpoint, les téléphones de moins de 12 000 roupies qui représentent le troisième segment le plus vendu en Inde constituent 80 % des ventes de portables chinois en Inde.

En creusant un peu plus, on note qu’Itel représente 77 % des ventes sur le segment des téléphones à moins de 6000 roupies (74 euros). Là où Tecno est le deuxième plus gros vendeur des smartphones à 8000 roupies (98 euros). Ceci alors que toutes les marques du groupe Transsion (Itel, Tecno, Infinix) ne représentent que 12 % des parts du marché indien global de vente de smartphones.

Source : 91mobiles

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.