L’industrie du porno s’apprête à mettre en pause son activité en raison du coronavirus Covid-19

La panique générale causée en ce moment par l’épidémie de COVID-19 impacte de nombreux secteurs d’activité.

Toutefois jusqu’à la semaine dernière, un secteur en particulier semblait ne pas être affecté par l’épidémie : l’industrie du porno. Mais à mesure que la situation évolue et que les autorités durcissent le ton, le monde du porno va lui aussi mettre en pause ses tournages.

sexy

Crédits Pixabay

L’industrie du porno également impactée par le COVID-19

L’annonce a été faite lundi dernier par la revue de l’industrie pornographique, Xbiz, qui a rapporté la décision de la Free Speech Coalition (FSC) d’appeler l’ensemble de l’industrie à un “arrêt volontaire” des tournages jusqu’à la fin du mois de mars. Une mesure qui s’applique à tous les acteurs qui tournent avec des partenaires avec qui ils ne sont pas en couple.

La FSC, qui est le groupe de lobbying de l’industrie pour adultes, a fait cette annonce à la suite de l’appel du gouverneur de Californie, Gavin Newsom, de fermer immédiatement toutes les entreprises non essentielles.  Selon le porte-parole de la FSC, Mike Stabile, l’appel est juste à titre préventif : ce n’est pas comme si “nous avons identifié une menace spécifique pour les acteurs et que nous travaillons à l’isoler”, dit-il.

Et d’ajouter que c’est simplement une réponse de l’industrie du porno à l’appel des autorités de santé publique, et une volonté de travailler avec la société toute entière pour protéger les populations vulnérables et le système de santé.

Un secteur particulièrement sensible aux maladies contagieuses

Cette suspension temporaire des tournages dans l’industrie du X n’est pas une première. La dernière fois que l’industrie a dû recourir à une telle mesure, c’était en 2018 lorsqu’un acteur masculin du X avait été testé positif au VIH. On avait découvert par la suite que l’acteur en question avait contracté le virus en dehors de la scène.

Dans un secteur où les contacts sont réguliers, il est crucial de réduire au maximum les risques de contamination. Les acteurs porno sont ainsi tenus de faire des tests pour les IST tous les 14 jours. Une disposition qu’ils devront respecter même pendant la période d’arrêt annoncé, a précisé Stabile.

Mots-clés nsfy