L’intelligence artificielle pour faciliter l’identification des fractures en radiographie

Afin de faciliter le repérage des fractures sur les radiographies, des chercheurs de la Boston University School of Medicine (BUSM) ont développé un algorithme utilisant l’intelligence artificielle. Ils ont alors expliqué que leur système était capable de détecter des factures automatiquement et rapidement pour ensuite les signaler aux radiologues. D’après les créateurs de cet algorithme, celui-ci aurait aussi la capacité d’indiquer sur les radiographies les zones où d’éventuelles cassures des os auraient pu se produire.

Un robot qui se radiographie lui-même.

Selon Ali Guermazi, chef de la radiologie au VA Boston Healthcare System, grâce à ses capacités, cet algorithme pourrait faire en sorte que la lecture des radiographies présentant des fractures avérées soit priorisée par les radiologues. Son utilisation pourrait en outre permettre  aux patients d‘attendre moins longtemps avant d’obtenir un diagnostic positif de fracture et d’être pris en charge par des médecins.

Ali Guermazi affirme ainsi que l’usage d’un tel algorithme aiderait considérablement les radiologues à augmenter leurs performances et leur efficacité, tout en améliorant l’expérience des patients dans les hôpitaux ou les cliniques.

Pourquoi un tel algorithme ?

Les chercheurs ont notamment expliqué qu’environ 24 % des erreurs de diagnostic qui pouvaient nuire aux patients étaient dus à des erreurs d’interprétation des fractures. C’est donc, en partie, pour tenter de réduire ce taux d’erreur qu’ils ont décidé de créer cet algorithme d’intelligence artificielle conçu sur la base d’un vaste ensemble de données radiographiques.

À noter que pour tester l’efficacité de l’algorithme, plusieurs experts ont établi un étalon-or afin de pouvoir comparer les performances de divers lecteurs humains (radiologues, chirurgiens orthopédistes, urgentistes, médecins de famille…) avec et sans l’assistance de l’intelligence artificielle. Après leurs tests, les chercheurs ont alors constaté que leur algorithme avait permis une réduction de 29 % des fractures manquées par les lecteurs ainsi qu’une augmentation de 16 % de la sensibilité de ces derniers. Quant aux examens comportant plusieurs fractures, il est ressorti qu’avec l’aide de l’IA, leur précision avait augmenté de 30 %. Leur spécificité, elle, s’était améliorée de 5 %.

Quel avenir pour l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé ?

D’après Ali Guermazi, l’intelligence artificielle pourrait être un puissant outil au service de la médecine. Elle pourrait aider non seulement les radiologues, mais aussi d’autres cliniciens à être plus efficaces et rapides dans leur travail. Toujours selon ce professeur de radiologie, l’étude menée par les chercheurs de la BUSM et qui s’est basée sur les diagnostics des fractures pourrait très bien s’étendre à plusieurs autres maladies et troubles.

Il est à souligner que les recherches ayant mené à la création de cet algorithme de détection de fracture portaient surtout sur la meilleure manière de mettre l’intelligence artificielle au service des médecins humains. Leur but n’était pas encore de faire en sorte que l’IA remplace les prestations de ces derniers, a notamment déclaré Guermazi.

SOURCE : HEALTHITANALYTICS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.