L’Iran a mis en orbite son tout premier satellite militaire

Grâce à son satellite militaire baptisé Nour, l’Iran dispose maintenant de son premier satellite militaire en activité. Selon Al-Jazeera, la chaîne de télévision satellitaire qatarie, la mise en orbite de cet appareil a été effectuée le 22 avril 2020, depuis le désert de Markazi et grâce à la fusée Qassed.

Selon le site officiel de l’IRGC (Islamic Revolutionary Guard Corps), Nour est actuellement en orbite autour de la Terre à une altitude de 425 kilomètres. Fier de cette réalisation, l’IRGC a qualifié cet appareil « d’équipement militaire d’élite distinct des forces armées régulières de l’Iran ».

Crédits Pxabay

L’astrophysicien du HarvardSmithsonian Center for Astrophysics, Jonathan McDowell, a confirmé que cette nouvelle est bien vérifiée. En effet, suite à ce lancement, les données émises par les États-Unis concernant l’objet 45529 sur une orbite de 426 x 444 km x 59,8 degrés, correspondent parfaitement.

Après de nombreux efforts sans succès, l’Iran a enfin réussi à déployer son premier satellite militaire

Notons qu’avant le succès de la mise en orbite de Nour, l’Iran s’est toujours heurté à un mur. L’année dernière, le lancement d’une fusée Simorgh a été un désastre. Puis vint la tentative de lancement d’une autre fusée, Safir, qui, elle non plus n’a pas brillé.

Par la suite, sur la rampe de lancement du centre spatial Imam Khomeini, à Semnan, une fusée a explosé. Cela s’est passé en août 2019 et a provoqué une explosion qui était même visible depuis l’espace. Plus récemment, en février 2020, la fusée Simorgh a encore échoué, lors d’une tentative de transport de satellite en orbite.

Mais le mercredi 22 avril 2020, la donne a enfin changé. La mise en orbite de Nour, depuis la base de l’IRGC, près de Shahroud, a officiellement été rapportée par Fabian Hinz, chercheur du Middlebury Institute of International Studies (Californie), auprès d’Al-Jazeera.

Une nouvelle ne risque pas d’arranger les tensions entre les États-Unis et l’Iran

À titre de rappel, au début de cette année, le général iranien Qassem Soleimani, a été assassiné par une frappe de drones américains. La réponse de l’Iran ne s’est pas fait attendre. Afin de riposter, juste quelques jours après cet incident, des tirs de missiles iraniens ont été dirigés vers l’Irak, dans le but d’anéantir les troupes de l’armée américaine qui y étaient présentes.

Le programme spatial de l’Iran est déjà suivi de près, avec un œil très vigilant, par les responsables militaires américains et leurs alliés. Selon ces derniers, la technologie des fusées et celle des missiles militaires ne sont pas différentes. Donc, le lancement réussi de ce satellite militaire ne pourrait qu’aggraver la situation actuelle.

Mots-clés Iransatellite