L’ISS a produit sa première récolte avec sa nouvelle serre

L’ISS vient de réaliser un nouvel exploit. Les astronautes présents à bord de la station spatiale internationale ont en effet obtenu leur première récolte de blé, grâce à l’Advanced Plant Habitant (APH).

L’humanité ne souhaite plus se limiter à sa propre planète et notre espèce a ainsi pour ambition ultime de devenir une civilisation multiplanétaire en établissement des colonies sur Mars et sur d’autres planètes du système. Toutefois, avant de pouvoir le faire, nos chercheurs vont devoir résoudre plusieurs problèmes essentiellement liés à nos impératifs biologiques.

APH

Pour survivre, un homme ou une femme a principalement besoin de trois choses : de l’oxygène, de l’eau et de la nourriture.

L’ISS a cultivé son propre blé

L’ISS, par exemple, est constamment ravitaillée en oxygène, en eau, en nourriture et en carburant. Plusieurs cargos sont ainsi envoyés chaque année en direction de la station afin d’apporter sur place toutes les denrées nécessaires à la survie de son équipage.

Ces opérations de ravitaillement sont toujours délicates, certes, mais la station spatiale internationale a tout de même l’avantage de se trouver à notre portée puisque son orbite la place en moyenne à quatre cents kilomètres de la surface de notre planète.

Mars, par exemple, se trouve pour sa part à une distance moyenne de soixante-seize millions de kilomètres de notre propre monde. Ce n’est évidemment pas la porte à côté et c’est précisément pour cette raison que les colons martiens ne pourront pas uniquement compter sur les cargos de ravitaillement pour assurer leur subsistance. Ils devront donc être en mesure de produire leur propre carburant, leur propre oxygène, leur propre eau et leur propre nourriture.

La NASA en a parfaitement conscience et elle a donc fait aménager à bord de l’ISS une serre afin de déterminer s’il est ou non possible de faire croître des végétaux dans l’espace : l’Advanced Plant Habitant.

Une récolte effectuée par le biais d’une serre automatisée

Joe Acaba a donc planté dans la serre en février des graines et il a activé ensuite le système en circuit fermé intégré à la serre, un système reposant sur pas moins de 180 capteurs capables de suivre en temps réel la température, l’humidité, le niveau de lumière ou même l’aspect et la croissance des plantes présentes à l’intérieur de l’appareil.

Et devinez ? Tout s’est très bien passé et la serre a ainsi livré plus tôt dans la semaine sa toute première récolte, du blé nain et une petite plante herbacée.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas la première fois que l’ISS arrive à produire sa propre récolte et les locataires de la station ont ainsi pu cultiver leurs propres laitues en utilisant d’autres incubateurs. Toutefois, l’APH va un peu plus loin puisque la machine a pour but de permettre l’étude des cycles agricoles dans l’espace et de déterminer ainsi si l’humanité sera en mesure de cultiver ses céréales, ses fruits ou ses légumes en dehors de sa propre planète.

Mots-clés iss