Lockheed Martin : début de la construction d’un avion supersonique pour la NASA

Il y a quelques mois, Lockheed Martin avait annoncé son intention de construire un avion supersonique pour le compte de la NASA. C’est désormais officiel : un contrat de 247 millions de dollars a été signé le 19 novembre 2018 entre les deux partenaires pour lancer la construction d’un appareil aussi rapide que silencieux.

Le constructeur américain nourrit beaucoup d’espoirs dans ce projet.

NASA

Baptisé X-59 QueSST, l’avion sera capable de se déplacer plus vite que les ondes sonores et franchir ainsi les murs du son. « Il a le potentiel de transformer l’aviation aux États-Unis et dans le monde en rendant tout vol aérien plus rapide que jamais. » a déclaré Jim Bridenstine de la NASA. L’appareil permettrait de se rendre de New York à Londres en seulement 3 heures.

Les premiers vols tests sont prévus pour 2021. La NASA et Lockheed Martin comptent suivre un cahier de charge très strict pour parvenir à respecter cette date. Pour le moment, les choses avancent selon le calendrier préétabli.

Un appareil révolutionnaire

Le X-59 QueSST, dont le nom est l’acronyme de « Quiet Super Sonic Transport, » se caractérise par une forme quelque peu particulière : une tête et des ailes allongées qui lui permettent d’atteindre la vitesse des ondes sonores sans faire le moindre bruit.

Comme l’explique Peter Losifidis, responsable de programme chez Lockheed Martin, l’appareil peut voler à Mach 1,4 et à 55 000 pieds (soit une hauteur de 16 764 m), le tout à une vitesse d’environ 1510 km/h. Il s’agit là de caractéristiques particulièrement révolutionnaires.

Un supersonique « silencieux »

Une autre particularité du X-59 QueSST est qu’il est totalement silencieux. Toujours d’après les explications de Peter Losifidis, l’appareil produit un son de seulement 75 décibels, soit à peu près l’équivalent d’une porte de voiture qui claque ou d’un téléphone qui sonne.

Ce son n’a clairement rien à voir avec le grand bang auquel beaucoup s’attendent avec ce type d’appareil. Losifidis précise qu’une telle prouesse est possible grâce aux ailes en forme de V assez prononcé, mais aussi aux moteurs qui sont installés au-dessus. « La conception longue et élancée de l’aéronef est la clé pour atteindre un boom sonique faible. » explique-t-il.

Il faudra donc attendre en 2021 pour être fixé sur ses réelles performances.

Mots-clés NASA