L’OMS classifie la dépendance aux jeux vidéo dans la liste officielle des troubles mentaux

Si auparavant la dépendance aux jeux vidéo ne représentait aucun danger aux yeux du corps médical et de la société, maintenant, elle est considérée comme un trouble mental. L’OMS, dans une de ses récentes déclarations, a en effet annoncé que le « trouble du jeu » fait officiellement partie des maladies mentales.

Ainsi, il est désormais listé dans la Classification internationale des Maladies ou CIM-11.

Si les jeux vidéo attirent bon nombre de personnes, incluant enfants et adultes, les troubles qui pourraient en résulter sont encore mal connus. Cette activité, quand elle est pratiquée trop souvent, peut en effet causer une vraie dépendance pour la personne concernée.

Selon les études de l’OMS, une dépendance aux jeux vidéo pourrait avoir des répercussions négatives sur la vie quotidienne d’une personne.

Quand dit-on qu’une personne a le trouble du jeu ?

Selon l’OMS, le fait de jouer tout le temps à des jeux vidéo ne veut pas dire qu’une personne est atteinte du trouble du jeu. Plusieurs critères doivent être remplis avant de pouvoir la classifier parmi ceux qui présentent la maladie. L’OMS a déclaré que le trouble du jeu est caractérisé par un comportement persistant ou récurrent vis-à-vis du jeu et qui pourrait ensuite faire perdre le contrôle de sa vie à une personne.

Un individu présentant le trouble accorde généralement la priorité aux jeux vidéo par rapport à sa vie familiale, à son travail ou à toute autre activité.

Les symptômes doivent cependant être diagnostiqués pendant une durée de un an au minimum avant que des conclusions ne puissent être tirées.

Les avis sur le sujet

Malgré les études et les recherches effectuées par l’OMS, certains ne sont pas d’accord avec cette décision. De nombreux membres de l’industrie du jeu vidéo s’opposent à la classification. L’Entertainment Software Association par exemple a déclaré dans un communiqué paru le 25 mai dernier que l’OMS devrait revoir sa décision, car les preuves sur le « trouble du jeu » ne sont pas suffisamment solides.

Quant aux experts en santé mentale, ils sont pour la plupart favorables à la décision de l’OMS. Pour le Docteur John Jiao, spécialiste en médecine d’urgence, diagnostiquer les personnes dépendantes aux jeux vidéo est nécessaire. Selon ses dires, ces personnes se voient souvent refuser leurs assurances, car leur trouble ne correspond à aucun diagnostic répertorié.

Au cas où beaucoup d’amateurs de jeux vidéo pourraient se sentir concernés par le sujet, l’OMS a cependant déclaré que les personnes touchées par ce trouble sont encore actuellement peu nombreuses.

Mots-clés OMSsanté