L’Oncle Sam projette de bannir les drones de fabrication étrangère

Un décret exécutif relatif au bannissement des drones de fabrication étrangère est en vue aux États-Unis. L’administration Trump envisage d’interdire les ministères et organismes fédéraux d’acheter ou d’utiliser des drones fabriqués dans d’autres pays et/ ou créés avec des composants étrangers.

L’argumentation se base sur les risques que présente l’utilisation d’un aéronef télécommandé d’origine étrangère sur la sécurité nationale. En dehors des éventuelles fuites des données sensibles lors de l’utilisation de l’engin, Trump et son équipe craignent le transfert d’informations secrètes vers d’autres États.

La place des drones de fabrication étrangère aux États-Unis est menacée. cc: Pixabay

Ce projet de loi nourrissant l’initiative de se débarrasser des technologies douteuses pour la sécurité du pays a été rédigé pendant le premier trimestre de cette année.

Les principaux concernés

L’ordonnance cite principalement les menaces posées par la Chine, un pays qui héberge un bon nombre de fabricants et fournisseurs de drones pour le gouvernement et les consommateurs américains. Il y a de quoi s’inquiéter après les supposés espionnages industriels qui ont coûté à Huawei et ZTE l’exclusion de leurs offres de services aux États-Unis déclenchant ainsi une guerre commerciale entre Donald Trump et Xi Jimping.

Michael Oldenburg, porte-parole de DJI, le grand distributeur mondial de drone situé à Shenzhen a fait savoir à travers un communiqué de presse son point de vue sur la situation.  Il considère la proposition de loi comme étant « une attaque contre la technologie des drones basée sur son pays d’origine ».

Le souhait de l’administration Trump de réprimer définitivement les drones de construction étrangère n’est qu’une suite d’actions entreprises auparavant. Rappelons qu’en janvier, par crainte d’espionnage, le ministère de l’Intérieur a émis l’ordre d’immobiliser près de 800 drones de fabrication étrangère de sa flotte.

À quoi doit-on s’attendre dans le cas où l’ordonnance est adoptée ?

L’éventuelle adoption de ce projet de loi laisse aux agences fédérales une marge d’un mois pour s’y conformer.  Ce qui ne sera pas le cas pour l’armée et la communauté du renseignement qui auront droit à un délai supplémentaire.

Bien que les citoyens américains auront toujours le droit d’acquérir les drones fabriqués à l’étranger, le gouvernement les encourage à avoir recours aux drones confectionnés exclusivement aux Etats-Unis. Vu d’un autre angle que la politique, cette incitation des américains à consommer un produit local peut être une bonne chose pour l’économie nationale.