Londres : à la rentrée, des chercheurs vont mener une étude sur le sexe et la réalité virtuelle

La technologie fait partie intégrante de la vie, surtout dans les sociétés les plus industrialisées. Petit à petit, les outils technologiques prennent place dans les activités journalières les plus banales, voire les plus intimes. La corrélation qui prend naissance entre la réalité virtuelle et le sexe est l’un des nombreux exemples pouvant illustrer ce phénomène.

Dernièrement, une entreprise a décidé de se focaliser sur ce cas particulier.

Sexualité

La startup Raspberry Dream Labs vient d’annoncer le début d’une grande étude scientifique. Tout le monde est invité à y participer. L’objectif de la recherche est d’explorer les potentialités des technologies immersives par rapport au plaisir sexuel. Le sondage devrait également permettre d’en savoir plus sur l’excitation sexuelle.

La grande étude scientifique a été baptisée « Immersive Study ». D’après Raspberry Dream Labs, le participant peut choisir d’être seul ou de venir avec un partenaire. Les résultats seront publiés dans le journal Paladyn.

Pour identifier les facteurs sensoriels de l’excitation sexuelle

Actuellement, les jeux vidéo et la pornographie constituent les principaux domaines d’application de la réalité virtuelle. Cette dernière permet à l’utilisateur de jouir d’une expérience immersive exceptionnelle. Toutefois, pour pouvoir améliorer cette technologie, il faudrait des données plus précises, notamment sur l’excitation sexuelle.

Lorsque les données seront recueillies, les chercheurs de l’entreprise vont les analyser pour explorer la nature multisensorielle de l’excitation. SexTech Raspberry Dream Labs souhaite, ainsi, découvrir une façon par laquelle l’excitation sexuelle peut être implémentée et partagée entre plusieurs individus à travers la Réalité Etendue (XR). Notons que la Réalité Etendue (XR) englobe à la fois la réalité virtuelle et la réalité augmentée.

L’excitation sexuelle dépend de la combinaison des sens : vision, audition, odorat et toucher. Toutefois, les facteurs sensoriels de l’excitation sexuelle n’ont pas encore été identifiés avec précision. Selon l’entreprise, les résultats de l’étude devraient enfin le permettre.

Un équipement de pointe

Lorsque le volontaire aura décidé de participer à l’étude, il devra porter une combinaison, un casque VR, et des accessoires de retour haptique et de stimulation olfactive. L’expérience durera 25 minutes au maximum.

Ensuite, il devra remplir un formulaire dans lequel il pourra exprimer ce qu’il en pense.

L’expérience aura lieu à Londres. Les portes du laboratoire s’ouvriront du 2 au 8 septembre 2019, de 10h00 à 21h00. L’entreprise promet un anonymat total aux participants.

Mots-clés nsfysexualité