Londres mise sur les CityTrees pour assainir son air

Pour faire face à la pollution de l’air, la ville de Londres a décidé d’installer trois « CityTrees » dans ses rues de façon permanente. Il s’agit d’installations constituées de mousse végétale et ayant une capacité de nettoyage de l’air équivalant à celle d’une petite forêt. Les blocs « verts » ont été disposés à deux endroits de la ville qui sont particulièrement touchés par la pollution de l’atmosphère dans l’arrondissement de Waltham Forest. Le conseil de Waltham Forest avait déclaré une urgence climatique en avril dernier.

Les CityTrees sont surnommés « les premiers filtres biotechnologiques à pollution au monde » et utilisent des plantes vivantes pour filtrer l’air localement au profit des résidents et des passants. Ils sont le fruit de la collaboration entre Waltham Forest et l’entreprise de technologies propres Evergen, et chaque bloc a la même capacité de réduction de la pollution que 275 arbres.

Crédits Pixabay

Par le passé, des structures similaires avaient déjà été utilisées dans d’autres villes comme Berlin et Hong Kong. Des installations temporaires avaient également été disposées à travers Londres.

Réduire le taux de polluants dans l’air

D’après le conseiller Clyde Loakes, les CityTrees sont une technologie de pointe équipée de filtres biotechnologiques. Ils utilisent des plantes vivantes et différents types de mousses pour capturer les toxines et éliminer les polluants de l’environnement, et aussi produire de l’air pur.

Deux des CityTrees permanents ont été installés au niveau de la gare routière adjacente à la station de métro de Leytonstone. À côté de cette dernière passe l’autoroute A12 qui produit les plus hauts niveaux de dioxyde d’azote de l’arrondissement.

Le troisième CityTree a quant à lui été placé à un autre endroit présentant un haut niveau de pollution. Il s’agit de l’intersection à fort trafic où Leytonstone High Road devient Leytonstone Road et Crownfield Road devient Cann Hall Road.

Une machine pour assainir

Chaque CityTree est autonome et possède un réservoir d’eau, un système d’irrigation et des capteurs qui contrôlent la croissance des plantes. Le tout est alimenté à l’aide de panneaux solaires et de batteries internes. Avec la présence de différentes sortes de mousse, les structures sont capables d’éliminer différents types de polluants incluant les particules et les oxydes d’azote.

Les filtres verts peuvent également fournir des informations détaillées sur leur performance de filtrage, ainsi que des données environnementales sur leurs environs immédiats.

Selon Simon Birkett, directeur de Clean Air in London, l’installation des CityTrees est une étape importante pour filtrer l’air de Londres et ainsi s’adapter au changement climatique. Cependant, d’après lui, on pourrait mieux protéger la santé publique et réduire les émissions de gaz à effet de serre si l’on supprimait tout simplement les émissions à leur source. De plus, ce serait moins cher et plus rapide.