Londres : Uber obtient une licence de deux mois au lieu des cinq ans demandés

La bataille entre Uber et la ville de Londres semble encore loin d’être terminée. L’entreprise avait en effet espéré obtenir une extension de 5 ans pour sa licence d’exploitation qui expire ce mois de septembre et la ville n’a finalement accordé qu’une durée de 2 mois.

Transport for London (TfL), qui est responsable de l’octroi de la licence, a déclaré qu’ils attendaient encore des informations supplémentaires avant de pouvoir décider quel type de licence donner à la compagnie. Toutefois, l’organisme n’a pas précisé quel genre d’information ils attendaient d’Uber.

Crédits Pixabay

Un porte-parole de TfL a ainsi indiqué dans un communiqué qu’Uber London Limited avait obtenu une licence d’opérateur de location privée de deux mois pour permettre l’examen des informations supplémentaires qu’ils demandaient. D’après lui, ce sera seulement après ce processus que toute autre demande de licence pourra être considérée.

Un combat continuel pour Uber

Uber était autrefois une petite startup basée à San Francisco. Au fil des années, l’entreprise est devenue un géant ayant des opérations dans 80 pays. Toutefois, la société se bat continuellement avec les législateurs partout dans le monde.

La principale cause de cette perpétuelle bataille est le fait que son activité est souvent vue comme perturbatrice pour les compagnies de taxi et comme source d’embouteillages. Elle altère également la main d’œuvre avec les millions de travailleurs indépendants qui conduisent leur propre voiture sur les routes publiques.

Londres n’est pas un cas isolé

À part Londres, d’autres grandes villes du monde ont aussi « sanctionné » Uber au cours de cette dernière année. Par exemple, New York City a imposé des règles sur la congestion dans son quartier des affaires qui est très animé. La ville a aussi établi un salaire minimum pour les conducteurs.

À l’autre bout des États-Unis, la Californie a aussi voté une loi qui considère les conducteurs d’Uber comme des employés, non plus des entrepreneurs indépendants.

La licence de deux mois d’Uber à Londres vient avec diverses conditions comme le fait de travailler avec la police sur les allégations criminelles contre les conducteurs. Transport for London a déclaré qu’ils ont aussi ajouté à la liste des conditions de nouvelles exigences concernant la sécurité des passagers. En tout cas, pour continuer à opérer à Londres après les deux mois, Uber devra faire une nouvelle demande de licence.

Mots-clés londresuber