L’ONU soutient un plan visant à créer une ville flottante capable de résister aux éléments

Plus de la moitié de la population de la Terre vit actuellement sur les zones côtières, et 3,8 milliards d’individus vivent à moins de 150 km du rivage. Les chiffres sont là, les hommes aiment bien élire domicile près de la mer.

Seulement voilà, vivre à proximité de la mer n’est pas exempt de tous risques. Ce sont même les zones les plus vulnérables face aux catastrophes naturelles telles que les tempêtes, les ouragans, les tsunamis, et même, à l’heure où les impacts du changement climatique reviennent souvent sur la table, la hausse du niveau de la mer.

L'ONU soutient un plan visant à créer une ville flottante capable de résister aux éléments

Crédits Oceanix

Pour y faire face, un concept de ville flottante, baptisée Oceanix City a été présenté au cours d’une table ronde à l’ONU, sous l’égide de la branche onusienne dédiée à l’Habitat, et avec la participation d’ingénieurs, de constructeurs et d’architectes.

Une ville flottante capable de résister aux catastrophes naturelles

La ville flottante sera constituée de 6 villages, qui eux-mêmes seront constitués d’un groupe de 6 plateformes accueillant 6 structures de forme hexagonale. On peut même dire que les concepteurs de ce projet aiment le chiffre 6 et les hexagones, et il y a une raison pour cela.

Cette forme particulière, très usitée dans la nature, à l’exemple des cellules des nids d’abeille, est très résistante et a la particularité de consommer peu de matériaux. Un aspect que les concepteurs comptent bien mettre à profit si le projet vient à voir le jour.

Par ailleurs, la conception des structures qui vont constituer la ville flottante va leur permettre de résister à bon nombre d’aléas d’origine climatique tels que des inondations, des ouragans de classe 5 et même des tsunamis.

Habiter sur des hexagones flottants, ça vous tente ?

Chaque village est capable d’accueillir environ 300 résidents, et la ville serait à même de donner abri à environ 10.000 personnes. Les bonnes nouvelles ne s’arrêtent pas là, car le projet compte également faire d’Oceanix une référence en matière de développement propre et durable.

En effet, on n’y verra pas de véhicules polluants, ce seraient des engins autonomes qui transporteront les résidents, tandis que les drones seront les candidats pour les services de livraison. Pour ce qui est de la nourriture, la mer fera office de source pour alimenter les résidents en fruits de mer, tandis que des fermes verticales serviront à cultiver d’autres types de produits. De quoi faire rêver les plus écolos d’entre nous.

Mots-clés onuurbanisme