L’Ovatiovermis cribatus, l’étrange créature venue du passé

L’Ovatiovermis cribatus semble venir tout droit d’une autre planète, mais ce n’est pas le cas. Cette étrange créature est née sur Terre et elle vient tout droit de notre lointain passé. Elle a effectivement foulé le sol de notre planète il y a environ 500 millions d’années.

Cet animal a été découvert dans les schistes de Burgess, un dépôt de schiste noir situé dans les montagnes Rocheuses du Canada, et plus précisément dans le parc national Yoho.

Ovatiovermis cribatus

L’Ovatiovermis cribatus et ses nombreuses pattes.

Cette région revêt une importance toute particulière chez les passionnés de paléontologie. En 1909, Charles Doolittle Walcott a effectivement découvert une épaisse couche de schiste dans une paroi de ces montagnes.

L’Ovatiovermis cribatus, une découverte faite dans les schistes de Burgess

Après avoir procédé à de multiples analyses, les chercheurs ont découvert que cette montagne était autrefois un fond marin. Ils ont aussi réalisé que des sédiments venant du continent s’étaient déposés dans les eaux profondes sous la forme d’une gigantesque coulée de boue, capturant au passage de nombreux animaux marins.

Pour l’heure, plus de 65 000 spécimens ont été étudiés par les paléontologues. L’Ovatiovermis cribatus en fait partie.

Cet animal a donc été découvert dans les schistes de Burgess, sous la forme d’un fossile datant du Cambrien. Il appartient à la classe des lobopodiens et il est ainsi le troisième spécimen de sa classe.

La créature était extrêmement petite et elle n’était ainsi pas plus grosse qu’un pouce avec tous ses membres étendus. Elle était d’ailleurs très bien fournie de ce côté-là, car elle était dotée d’une douzaine de pattes.

Un animal qui se nourrissait par suspension

Pour se nourrir, l’animal commençait par planter ses deux appendices postérieurs – des appendices munis de puissantes griffes – dans le sable ou dans la roche et il se plaçait à la verticale. Là, il se laissait tout simplement flotter au gré des courants et il étirait ses membres postérieurs afin d’attirer le plancton vers son orifice buccal.

Comme de nombreuses autres créatures, l’Ovatiovermis cribatus utilisait donc un mode d’alimentation par suspension. Pour Jean-Bernard Caron, un chercheur du Musée royal de l’Ontario, ce fossile prouve donc que ce mode d’alimentation était très courant à cette période. Il estime en outre que son émergence a été primordiale pour le développement des écosystèmes marins.

Le fossile est actuellement exposé au Musée royal de l’Ontario, au Canada. L’Université de Toronto a réalisé une vidéo afin d’illustrer le mode d’alimentation du fossile. Elle vous attend en fin d’article.