LTT 9779b, l’exoplanète qui ne devrait pas exister

Les chercheurs enchaînent la découverte de nouvelles exoplanètes. Récemment, une équipe internationale de scientifiques, constituée notamment d’astronomes de l’université de Cambridge, a confirmé l’existence d’une exoplanète appartenant à une toute nouvelle catégorie en se servant du satellite TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite).

Baptisée LTT 9779b, cette planète a la taille de Neptune et se situe à 260 années-lumière de la Terre. Elle est présentée comme un corps extrêmement chaud qui orbite très près de son étoile. D’après les chercheurs, cette exoplanète a une période orbitale de 19 heures.

Crédits Pixabay

Sa découverte a fait l’objet d’une publication dans la revue Nature Astronomy.

Une exoplanète aux caractéristiques intrigantes

LTT 9779b a été repéré pour la première fois en 2018 grâce aux signaux émis par son étoile. Elle a ensuite été classée dans une toute nouvelle catégorie d’exoplanètes « ultra-chaudes. » Les scientifiques espèrent que l’étude de ce nouveau corps céleste les aide à mieux comprendre les planètes ayant les mêmes caractéristiques que Neptune.

Ces derniers ont été intrigués par l’environnement qu’ils ont découvert en étudiant LTT 9779b. Selon eux, la proximité de cette exoplanète avec son étoile aurait dû éradiquer toute trace d’atmosphère à sa surface pour ne laisser que son noyau. Toutefois, ce n’est pas le cas.

LTT 9779b, une planète qui a préservé une enveloppe gazeuse

James Jenkins, un astronome de l’université du Chili qui a dirigé cette étude, a déclaré qu’il avait d’abord été sceptique face à la découverte de cette exoplanète.

« Quand nous avons reçu les informations provenant de TESS, j’étais un peu sceptique sur ce que nous allions trouver. J’ai ensuite vérifié tous les résultats des tests réalisés par l’équipe de TESS et ça a commencé à m’intriguer, ça pouvait être quelque chose d’assez unique », a-t-il expliqué.

Une étude plus poussée de l’environnement de LTT 9779b a révélé la présence d’une enveloppe atmosphérique gazeuse autour de cette exoplanète. Les chercheurs ont déclaré que c’était assez surprenant, car les radiations émises par son étoile maintiennent cette planète à une température de 1 700°C. Normalement, cela aurait dû faire disparaître toute trace d’atmosphère à la surface de LTT 9779b.

Une première hypothèse suggère que cette exoplanète était auparavant une géante gazeuse dont les couches extérieures se sont détériorées à cause de la gravité de son étoile.

« Il se pourrait aussi que LTT 9779b soit arrivée sur son orbite actuelle assez tard, et n’ait donc pas eu le temps d’être vidée de son atmosphère », a indiqué James Jenkins.

Mots-clés exoplanètes