L’UE a-t-elle réellement interdit le Bitcoin ?

Une nouvelle menace pèse sur le roi des cryptommonaies. Le fait qu’il soit énergivore déplait fortement aux autorités suédoises, la Suède étant un pays modèle en termes d’écologie. D’après ce qu’elles ont laissé entendre, elles prévoient suggérer à l’Union européenne d’interdire le Bitcoin sur son territoire. Voilà une situation qui crée de la panique et qui inquiète bien de gens. La raison de cette volonté d’interdiction est liée à une méthode de validation du Bitcoin.

Une pièce de bitcoin sur le logo de l'Union Européenne

Les autorités suédoises souhaitent rallier l’UE à leur cause, mais celle-ci semble ne pas être de cet avis. L’UE suggère plutôt de réguler les mécanismes et procédés liés à la validation du Bitcoin. Ladite méthode qui pourrait causer une exclusion définitive au réseau est appelée « preuve de travail », en anglais « proof of work ».

Alors, le Bitcoin pourrait-il se trouver définitivement banni des territoires de l’Union européenne ? En tout cas, l’autorité de supervision suédoise et l’Agence Suédoise de Protection de l’Environnement se sont saisies du dossier et comptent bien se faire entendre.

Vers une éradication du Bitcoin en territoires européens ?

Selon le communiqué des autorités suédoises, ils souhaitent interdire la méthode de minage « preuve de travail ». Toutefois, ils n’excluent pas l’utilisation d’autres méthodes de production de la cryptomonnaie. À cet effet, elles ont formulé quelques demandes, dont une va particulièrement à l’encontre de l’Union européenne.

« Il existe d’autres méthodes de minage de cryptoactifs, qui pourraient également être utilisées pour le Bitcoin et l’Ethereum, et dont on estime qu’elles réduisent la consommation d’énergie de 99,95% avec une fonctionnalité maintenue. »

Le communiqué

Par ailleurs, Nathalie Janson, professeure d’économie, a expliqué lors d’une interview que le « proof of work » est un procédé élaboré par Bitcoin. D’après ses dires, c’est grâce à cette méthode que certains utilisateurs des cryptomonnaies pensent que le Bitcoin est supérieur aux autres monnaies électroniques. Toutefois, l’interdiction de cette méthode n’implique pas nécessairement l’interdiction du Bitcoin en Suède et sur les territoires européens.

Pour rappel, c’était pour la même raison (ou alors prétexte) que Tesla d’Elon Musk a refusé les paiements en bitcoins durant un certain temps. En réalité, ce sont probablement ces contraintes qui pousseront le concept de « Bitcoin vert » à gagner de la place.

Le lightning network ou une meilleure alternative ?

En effet, il existe bel et bien des alternatives à la méthode de la preuve de travail. Citons notamment le « Lightning network », une nouvelle innovante permettant d’assurer un haut niveau de sécurité en ce qui concerne la validation tout en baissant considérablement la consommation en énergie.

Néanmoins, ce n’est pas évident que les autorités suédoises puissent adopter cette alternative. Le fait est que leur objectif est de bannir totalement la méthode de preuve de travail de leur territoire et en territoires européens. En effet, le Lightning network peut toujours s’appuyer sur le proof of work.

C’est pourquoi les autorités suédoises envisagent actuellement d’autres alternatives pour un changement radical de ladite méthode de Bitcoin.