L’Union européenne déterminée à renforcer les synergies entre les industries civile, spatiale et de la défense

La Commission européenne a mis sur pied un « plan d’action sur les synergies entre les industries civiles, de défense et spatiales ». Présenté par la vice-présidente exécutive de la Commission européenne, Margrethe Vestager et le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton lors d’une conférence de presse qui s’est tenue lundi dernier, le plan est constitué de 11 actions au total.

Selon Vestager, « il met en avant une approche systématique et méthodologique des synergies entre les technologies essentielles de ces trois domaines. L’objectif est de permettre aux innovations de trouver systématiquement de multiples applications dès leur conception, et d’exploiter l’énorme potentiel des chercheurs et des start-ups en matière d’innovation ».

Image par Capri23auto de Pixabay

Image par Capri23auto de Pixabay

L’Union européenne a pris ces initiatives afin de devancer ses concurrents dans l’industrie technologique.

3 projets phares à réaliser

Si l’on en croit le commissaire Breton, Bruxelles mettra bientôt en œuvre trois projets phares. Le premier concerne l’intégration du savoir-faire militaire dans la technologie civile des drones. Le second projet, en revanche, consiste à gérer au mieux le trafic spatial. Il s’agit, selon Breton, « d’une composante clé pour assurer l’autonomie d’accès à l’espace et construire une crédibilité face aux actions dans ce domaine des alliés comme les US ».

Pour sa part, le troisième projet phare basé sur le cryptage quantique vise à fournir aux Européens un accès à une connectivité résiliente à haut débit.

Thierry Breton a en outre parlé de « technologies critiques » dans son discours. « Il est primordial de pouvoir définir en commun une liste de technologies que l’on considère comme critiques. Il s’agit par exemple des clouds, des processeurs, des technologies spatiales, de la cryptographie quantique… Avec cette liste, l’Europe se donne les moyens, la méthode et l’ambition d’appréhender le défi technologique, avec détermination et sans naïveté» a-t-il déclaré.

Un budget annuel de plus d’un milliard d’euros

Les projets susmentionnés doivent être correctement mis en œuvre car l’UE a alloué un budget annuel de plus d’un milliard d’euros à la défense. D’après les explications du commissaire Breton « ce fonds participe d’une ambition plus large de construire l’Europe de la défense, et complémente la PESCO ainsi que la boussole stratégique» a-t-il déclaré.

La PESCO (Permanent Structured Cooperation) également connue sous le nom de CSP (coopération structurée permanente) est une politique de l’UE permettant aux Etats membres de collaborer pour améliorer le domaine de la défense en Europe. L’accord a été signé en 2017 par les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de 25 États membres de l’UE.

Mots-clés ue