L’un des accusateurs de Michael Jackson définitivement désavoué par la justice

C’est une décision qui devrait logiquement faire date : la Cour supérieure de Los Angeles a récemment et définitivement débouté Wade Robson, l’un des accusateurs de Michael Jackson dans le film “Leaving Neverland”, dans l’affaire où il poursuivait en justice les sociétés et la succession de l’artiste pour de supposés attouchements.

En octobre dernier, alors qu’il avait engagé des poursuites contre plusieurs sociétés de Michael Jackson qu’il accusait ainsi d’avoir joué un rôle dans les attouchements qu’il aurait subis de la part du chanteur, James Safechuck avait été débouté par un juge de Californie (États-Unis).

Crédits Pixabay

James Safechuck est un nom qui pourrait résonner aux oreilles des téléspectateurs de “Leaving Neverland”, film à charge contre Michael Jackson et qui aura réussi à convaincre une partie de l’opinion publique de la culpabilité du Roi de la Pop dans les accusations émises contre lui.

Attouchements présumés de Michael Jackson : la dernière plainte de Wade Robson rejetée

L’autre protagoniste de ce film, Wade Robson, vient de connaître une similaire déconvenue. On apprend ainsi sur le blog du journaliste Roger Friedman que le lundi 26 avril dernier, la Cour supérieure de Los Angeles a débouté le plaignant dans sa seconde accusation d’attouchements.

Tout comme son camarade, Wade Robson accusait ainsi les sociétés et la succession de Michael Jackson d’avoir été impliquées, d’une manière ou d’une autre, dans les sévices que le chanteur aurait commis à son encontre.

Jonathan Steinsapir, avocat de la succession de Michael Jackson, a déclaré qu’“à ce jour, un jugement sommaire CONTRE Wade Robson a été prononcé à trois reprises par deux juges différents de la Cour supérieure”. Il a ajouté que “Wade Robson a passé les 8 dernières années à poursuivre des revendications frivoles dans différents procès contre la succession de Michael Jackson et les sociétés qui y sont associées. Robson a enregistré près de trois douzaines de dépositions et inspecté et présenté des centaines de milliers de documents pour tenter de prouver ses allégations, mais un juge a une fois de plus décidé que les allégations de Robson n’avaient aucun fondement, qu’aucun procès n’était nécessaire et que sa dernière plainte est rejetée”.

Est-ce donc la fin ? Il semblerait que non. À la lumière de cette décision de justice, on peut en effet considérer que la réhabilitation de Michael Jackson est désormais une cause d’intérêt publique, ne serait-ce que parce que “Leaving Neverland” a causé bien des dégâts.