Un acteur Marvel dénonce le monopole des films de super-héros

Nymphomaniac, Millénium, Breaking the Waves, Pirates des Caraïbes, Wil Hunting, Chernobyl… Stellan Skarsgård est l’un des plus grands acteurs au monde. L’homme partage dernièrement l’affiche de Dune avec Dave Bautista, l’un de ses fans. Mais le comédien ne tourne pas le dos aux grosses productions puisqu’on le retrouve dans plusieurs œuvres du Marvel Cinematic Universe (MCU). Thor, Avengers, les fans connaissent le visage du suédois. Malgré sa place dans l’univers, Stellan Skarsgård ne se gêne pas pour poser un regard critique. Lors d’une interview (via WGTC), l’homme estime que ces productions méritent d’avoir une place dans le paysage cinématographique.

En revanche, Stellan Skarsgård dénonce le monopole des films de super-héros.

Crédit : Marvel Studios

Difficile de lui donner tort. Depuis dix ans, les studios semblent prendre peu de risques en dehors des adaptations de comics.

A lire aussi : Ces 5 super héroïnes Marvel ont une puissance effrayante

Stellan Skarsgård veut plus de place pour les petits films

Impossible de passer à côté du sempiternel débat sur les films de super-héros. Denis Villeneuve, réalisateur de Dune, estime que ces productions se ressemblent toutes. Ridley Scott, à qui l’on doit des œuvres majeures comme Blade Runner et Alien, partage cet avis. Sans oublier Martin Scorsese, le réalisateur de Taxi Driver et Les Affranchis, définitivement opposé à ces films super-héroïques.

Stellan Skarsgård a une position bien plus nuancée qu’il partage lors d’une interview pour le Guardian.

Je n’ai rien contre les films de super-héros. J’ai joué dans ces productions et elles ont complètement leur place. Le problème, c’est que le système permet à 8 personnes de posséder la moitié des richesses du monde et d’avoir un pouvoir sur le marché. Les cinémas indépendants n’existent guère en dehors des grandes villes. Il n’y a pas de canaux de distribution pour les films à budget moyens avec de meilleurs acteurs, de meilleurs textes. Ils ne peuvent pas débourser trois millions de dollars en marketing.

Lorsque les salles les diffusent, c’est une semaine car ça ne rapporte rien. Je pense que nous devrions avoir d’autres films. C’est ce qui est triste. Lorsque les forces du marché entrent en jeu, les studios sont dirigées comme des sociétés se moquant de diffuser des films ou du dentifrice. Seul le rendement compte. Lorsque AT&T a racheté la Warner, elle a demandé à HBO d’être moins coûteuse et plus commerciale. Ils gagnent toujours de l’argent mais pas assez pour un investisseur.

– Stellan Skarsgård