L’un des créateurs de DOOM pense que les jeux vidéo n’ont jamais été aussi bons qu’aujourd’hui

Micro-transactions, licences usées jusqu’à l’extrême, scandales autour des crunchs, jeux aux mécaniques beaucoup trop similaires… Nombreuses sont les critiques qui touchent l’industrie vidéoludique. Pourtant, le milieu n’a jamais été aussi prolifique avec des améliorations techniques remarquables ces dernières années. Alors que les communautés grandissent, les frontières se réduisent grâce au crossplay. Bref, le jeu vidéo a un tout nouveau visage ! Mais qu’en pensent les plus anciens, ceux qui étaient là au début et ont révolutionné le genre ? Parmi ces anciens, on trouve John Romero.

L’homme est l’un des génies derrière la franchise DOOM, qui révolutionna le FPS en son temps.

La jaquette de Doom

La jaquette de Doom

Et pour ce dernier, jamais le jeu vidéo n’a été aussi bon qu’aujourd’hui

John Romero y va de son avis

C’est sur Reddit que John Romero, à qui l’on doit notamment DOOM, est revenu sur l’industrie vidéoludique actuelle. Plutôt discret, l’homme s’était également illustré lors du développement de Daikatana, décrit comme chaotique face à ses ambitions démesurées – prévu pour Noël 97, le jeu ne sortira qu’en 2000 et fera face à de vives critiques.

Un titre également évoqué par John Romero dans sa publication à propos du marché vidéoludique d’aujourd’hui.

Les jeux sont incroyables aujourd’hui. Jamais ils n’ont été aussi bons. Ce n’est pas que pour les graphismes, mais également le langage du design qui a évolué. Et les jeux ne font que s’améliorer […] On m’a demandé de recréer Daikatana ou imaginer une suite, mais l’idée ne fonctionne pas. Lorsque le jeu est sorti, il a été dénigré. Même si ça fait vingt ans, la stigmatisation est toujours présente. Beaucoup de joueurs apprécient Daikatana et m’en parlent, mais aucun éditeur ne voudrait investir dans une suite ou un remake selon moi.

Dans l’évocation de Daikatana, impossible de ne pas y voir un signe de l’ego bien connu chez John Romero. Malgré cet échec qui aura irrémédiablement entaché sa carrière, l’homme reste tout de même une icône du milieu grâce à DOOM. Et avoir le regard de Romero sur une industrie que ce dernier a vu évoluer pendant des dizaines d’années reste toujours enrichissant.

En espérant que l’homme revienne un jour sur le devant de la scène avec un projet ambitieux – et réussi.

Mots-clés doomjeu vidéo