L’un des derniers sanctuaires de manchots et d’autres animaux marins est menacé par un iceberg de la taille du Delaware

Les pertes de glace de l’Antarctique ont connu une hausse colossale durant la dernière décennie, d’après les résultats d’une évaluation internationale du climat financée par la NASA et l’Agence spatiale européenne. Le volume de glaces libéré sous forme d’icebergs, ou qui a tout simplement fondu, a même triplé de volume entre 2012 et 2018. Ce qui a entraîné une élévation du niveau de la mer de l’ordre de 3 mm durant cette même période.

Mais ce qui inquiète actuellement les protecteurs de l’environnement, c’est la menace que constitue un gigantesque iceberg baptisé A-68A filant actuellement droit vers la Géorgie du Sud.

Photo d’Enrique Lopez Garre. Crédits Pixabay

En effet, l’iceberg A-68A pourrait bien aller s’écraser sur cette île d’ici quelques semaines. Pour information, Géorgie du Sud est une île qui se trouve dans le sud de l’océan Atlantique, appartenant au Royaume-Uni et faisant partie du territoire de Géorgie du Sud-et-les îles Sandwich du Sud.

La Géorgie du Sud, un refuge pour de nombreuses espèces marines

Géorgie du Sud est le refuge de nombreux animaux de toutes sortes. On y recense plusieurs espèces d’oiseaux de mer comme les pétrels, les albatros et les prions, mais surtout des variétés d’oiseaux nicheurs comme les manchots.

On y rencontre également des mammifères comme les éléphants de mer, les phoques et les léopards de mer. Tous dépendent de la mer pour survivre, que ce soit pour la reproduction que pour se nourrir. Et actuellement, un énorme bloc de glace faisant 150 km de long pour environ 50 km de large (c’est à peu près la taille de l’État de Delaware) poursuit sa route vers le nord, en direction de cette île.

Si le pire se produit, l’impact de cet immense iceberg modifiera grandement l’écosystème de l’île, en obstruant l’accès des animaux à l’océan, en détruisant les nids, entre autres scénarios. D’ailleurs, un précédent a été enregistré en 2004 avec l’iceberg A38-B qui s’est échoué au large de la Géorgie du Sud.

L’iceberg échouera d’ici deux semaines selon les prévisions des chercheurs

D’après les explications David Long, le directeur du Centre de télédétection de l’Université Brigham Young, les icebergs peuvent se déplacer sur une distance équivalant à leur propre longueur en une seule journée. Et selon les dernières observations, l’iceberg A-68A se situe actuellement à environ 960 miles de l’île, soit 1544 km de la Géorgie du Sud.

A-68A pourrait donc aller s’écraser sur l’île ou la dépasser si la chance s’en mêle, d’ici environ deux semaines. En attendant, la population de scientifiques et de touristes qui côtoient l’île attend l’évolution de la situation avant de reprendre leurs activités.