L’un des volcans les plus dangereux au monde est entré en éruption

Le dimanche 12 janvier dernier, Taal, l’un des volcans les plus dangereux du monde, est entré en éruption. Ce volcan, qui se trouve aux Philippines, est assez puissant pour recouvrir presque tout le pays de cendre, incluant Manille la capitale.

La dernière fois que Taal est entré en activité, c’était en 1977. Ainsi, 40 plus tard, des explosions continues au niveau de son évent central se trouvant sur le Lac Taal ont éjecté de la cendre jusqu’à une altitude de 10 à 15 km. Cela a affecté plusieurs villes et l’aéroport international de Manilles a même dû fermer. Les autorités ont aussi décidé de faire évacuer les milliers de personnes vivant au bord du lac dans le cas d’un éventuel tsunami.

Crédits Pixabay

Des photos impressionnantes publiées sur Internet ont montré la colonne géante de cendres s’élever du cratère, accompagnée d’éclairs volcaniques spectaculaires. La caméra de l’agence de contrôle des volcans (PHIVOLCS), placée sur l’îlot volcanique, a également pu filmer le début de l’éruption avant d’être détruite. Une vidéo en time-lapse prise par le satellite Himawari-8 montrant la colonne de fumée en train de grandir a aussi été postée par le NOAA.

Un risque de plus grandes explosions

Depuis l’année 2019, le volcan Taal a commencé à montrer des signes d’un retour en activité avec des augmentations des émissions de gaz, des tremblements de terre et des déformations.

Selon les spécialistes, ces signes pourraient signifier que du magma est en train de se déplacer en dessous du volcan. La présence du magma a d’ailleurs été confirmée par une image publiée par l’agence PHIVOLCS qui montre une fontaine de lave au niveau de l’évent principal.

L’explosion phréatique qui a eu lieu montre aussi que le volcan pourrait entrer dans une période ponctuée de plus grandes explosions. Selon les experts, le fait que l’éruption a duré plusieurs heures montre également que du nouveau magma est introduit dans l’évent.

Un terrain volcanique certain

La région entourant le volcan est connue depuis longtemps pour être un lieu dangereux. Taal est en effet une caldeira massive de plusieurs dizaines de kilomètres de diamètre avec un cône volcanique au milieu du lac.

Par le passé, les activités volcaniques de la région avaient déjà fait un grand nombre de victimes. Par exemple, en 1965, le volcan a produit une éruption VEI 4 qui a recouvert des dizaines de kilomètres carrés avec jusqu’à 25 centimètres de cendre. Cet événement avait fait des centaines de victimes. L’explosion qui avait eu lieu à l’époque était de nature phréatomagmatique, c’est-à-dire provoquée par le mélange d’eau et de magma.

Au vu de la situation actuelle, il est plus que nécessaire de faire un suivi rigoureux de l’activité du volcan Taal. La présence d’une large population vivant dans la région est en effet assez inquiétante. En tout cas l’agence philippine PHIVOLCS est à pied d’œuvre et ne manquera pas d’avertir la population en cas d’urgence.

Mots-clés volcanologie