Antitrust : l’Union Européenne lance des investigations sur les pratiques d’Apple

Apple est dans une impasse. La firme à la pomme est soupçonnée de s’adonner à des pratiques anticoncurrentielles. C’est pourquoi  la Commission européenne a pris la décision d’ouvrir deux enquêtes contre le géant américain. Les investigations se portent notamment sur l’App Store et Apple Pay.

Les règles de distribution d’applications établies par Apple vont être évaluées. Le but est de déterminer si ces dernières sont conformes aux règles de concurrence de l’Union européenne.

Crédits: Pixabay

Trois points seront examinés en ce qui concerne Apple Pay. La commission va se focaliser en premier lieu sur la manière dont Apple intègre son service de paiement mobile dans les applications et les sites Web des commerçants. Elle portera ensuite son attention sur la limitation d’accès de la firme à la technologie NFC et les présumés refus d’accès à Apple Pay.

Apple risque de payer une amende de plusieurs milliards de dollars si jamais la firme est jugée coupable.

À ne pas louper : Les Galaxy Note 20 sont disponibles en précommande

Des plaintes déposées par des concurrents d’Apple Music et Apple Books

En mars 2019, le concurrent d’Apple Music, Spotify a déposé une plainte contre la firme à la pomme. Selon le géant suédois, Apple abuse de sa position dominante sur le marché de la musique en ligne. Le cofondateur de Spotify, Daniel Ek, a soutenu que des règles dans l’App Store limitent intentionnellement le choix et étouffent l’innovation.

Le distributeur de livres électroniques/livres audio Kobo, qui est en concurrence directe avec Apple Books a également porté plainte contre Apple. Il est vrai que le géant américain facture aux développeurs 30% pour chaque achat intégré et 30% sur les abonnements lors de la première année.

À lire aussi : Apple au coeur d’une enquête antitrust suite à une plainte déposée par Spotify

La réaction d’Apple

Apple n’est pas resté les bras croisés face aux accusations. Le géant californien de l’électronique et des technologies a réagi en publiant un communiqué à travers lequel il fait part de sa déception quant à la décision prise par la Commission européenne. Selon la firme, les plaintes de ses concurrents sont infondées.

Rappelons qu’en été 2016, Apple a déjà eu affaire avec l’exécutif européen. La société a été obligée de rembourser à l’Irlande des avantages fiscaux dont la somme s’élève à 13 milliards d’euros. La firme à la pomme a fait appel à la décision. La Cour européenne de justice n’a toujours pas rendu son verdict.