L’Union Européenne va financer le programme Ariane 6 à hauteur de 100 millions d’euros

Mardi dernier, la Commission Européenne, en partenariat avec la Banque Européenne d’Investissement (BEI) a annoncé le déblocage de fonds d’une valeur de 200 millions d’euros, dont la moitié sera alloué à ArianeGroup, sous forme de prêt, dans le cadre des « coûts de développement » du lanceur lourd Ariane 6 de l’ESA.

Mais Ariane 6 ne sera pas le seul bénéficiaire de cette subvention. En effet, l’autre moitié sera destinée à toutes les sociétés œuvrant dans la technologie spatiale en Europe, même les petites et moyennes entreprises, comme capital-risque.

Crédits Pixabay

Selon Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur, c’est « une décision marquante de l’Union Européenne dans la mesure où elle prouve, pour une fois, l’intérêt que l’UE porte aux entreprises de technologie spatiale ».

L’UE veut soutenir l’industrie spatiale européenne face aux autres concurrents comme SpaceX ou Boeing

Pour la première fois dans l’histoire des entreprises de la technologie spatiale en Europe, l’Union Européenne versera ainsi une somme de 100 millions d’Euros à titre d’aide (remboursable) pour l’achèvement de Ariane 6, le lanceur de l’Agence Spatial Européenne destiné à remplacer sa fusée lourde Ariane 5.

Ce financement devrait donc contribuer à la production de « nouveaux produits et services dans le secteur spatial», permettant à l’Europe de garder une place concurrentielle sur le plan international.

En effet, malgré la réussite du programme Ariane après son lancement il y a environ quatre décennies, l’ESA est aujourd’hui fortement concurrencée par d’autres entreprises aérospatiales, surtout américaines, dans le domaine du transport spatial d’hommes et de charges.

Un financement visant à améliorer la compétitivité des entreprises spatiales européennes

L’objectif principal visé par l’Union Européenne dans ce projet est, en effet, de permettre à l’Europe de rester dans la concurrence mondiale en matière de technologie spatiale.

D’un autre côté, selon André Hubert Roussel, PDG d’ArianeGroup : « Le prêt de 100 millions d’euros signifiera également des installations industrielles plus compétitives et plus respectueuses de l’environnement en Allemagne et en France, y compris en Guyane française ».

Ainsi, grâce à ce financement, ArianeGroup, la coentreprise créée en 2012 et détenue à parts égales par Airbus et Safran pour notamment développer les lanceurs Ariane, sera en mesure de faire décoller Ariane 6 cette année. Pour rappel, Ariane 6 est prévu effectuer son premier vol inaugural au cours du second semestre 2020 pour le transport de quelques dizaines de satellites OneWeb.

Mots-clés Arianeariane 6esa