Lutte contre les deepfakes : Twitter demande l’avis de ses utilisateurs avant de mettre en place de nouvelles règles

De nombreuses entreprises high tech et plateformes numériques s’engagent actuellement dans la lutte contre les deepfakes. Ne serait-ce que pour citer le défi de détection de deepfake récemment lancé par Facebook et qui compte plusieurs partenaires de taille comme Microsoft, Google, le MIT ou encore l’Université d’Oxford.

En effet, les deepfakes constituent actuellement une menace sérieuse qui pourraient non seulement servir d’outil pour des campagnes de désinformation, mais qui pourraient également nuire directement à la vie d’une personne. C’est justement la raison pour laquelle Twitter – qui avait déjà interdit les deepfakes pornographiques sur sa plateforme depuis 2018 – souhaite aller plus en avant dans cette lutte contre ces « médias synthétiques et manipulés ».

Crédits Pixabay

Toutefois, le réseau social à l’oiseau bleu voudrait d’abord connaître l’avis de ses utilisateurs afin de mettre en place des règles « sur mesure », si on peut dire.

Twitter compte introduire une nouvelle politique anti-deepfake

C’est dans son statut daté du mardi 22 octobre 2019 que Twitter a annoncé qu’il allait bientôt déployer une nouvelle politique pour lutter contre les deepfakes et, plus précisément, contre les imitations graves qui pourraient « menacer la sécurité physique de quelqu’un ou causer des dommages indirects », rapporte Engadget.

Le réseau social avait également expliqué qu’il était déjà en train de travailler sur des règles qui allaient traiter ce problème de « médias synthétiques et manipulés ». Ce terme englobe les photos, vidéos et sons modifiés de façon significative pour créer des évènements qui ne se sont jamais produits.

Twitter demande l’avis de ses utilisateurs

Toutefois, avant d’instaurer et d’imposer ces nouvelles règles, la plateforme sociale affirme avoir besoin de prendre en compte les dommages potentiels pouvant être causés par les deepfakes. Pour cela, il demande à ses utilisateurs de lui faire part de leurs expériences durant une période donnée afin que les responsables de Twitter puissent affiner et peaufiner ces nouveaux règlements avant de les mettre en ligne.

Dans son tweet, la plateforme fait part de sa demande ainsi : « Nous mettons toujours à jour nos règles en fonction de l’évolution des comportements en ligne. Nous travaillons sur une nouvelle politique visant à traiter les médias synthétiques et manipulés sur Twitter – Mais nous voulons d’abord vous entendre ».

Quelque part, on se demande si cette technique d’écoute ne serait pas – en plus d’être un moyen de lutter contre les deepfakes, bien sûr – aussi un moyen pour Twitter de gagner des points auprès de ses utilisateurs ?

Mots-clés deepfakestwitter