Lyft de retour en Californie après ses problèmes de batterie

Lyft aurait, enfin, résolu les problèmes de batteries qui l’ont obligé à suspendre la production de ses vélos électriques. Les modèles ont été commercialisés pendant seulement deux mois quand la société a été contrainte de retirer presque un millier de vélos déjà sur le marché.

Concrètement, plusieurs incendies ont été signalés, en plus d’autres problèmes techniques. Pour y remédier, la compagnie a décidé de tester de nouvelles batteries et de changer de fournisseur.

Crédits Unsplash

Jusqu’ici, la date de remise en marché des vélos de Lyft n’a pas encore été annoncée. En plus, la société enquête encore sur le problème. Actuellement, la priorité est d’éviter les problèmes survenus lors du déploiement initial qui a provoqué l’embrasement des vélos. Notons que la firme a déjà connu un autre échec par rapport à sa gamme de vélos électriques, baptisée Bay Wheels.

« Après avoir identifié la cause profonde des problèmes de batterie, nous avons pris la décision de travailler avec un autre fournisseur de batteries », a déclaré la société dans un communiqué la semaine dernière.

Un contrat avec la SFMTA

Dernièrement, Lyft a dû surmonter de nombreux obstacles. Outre les incendies de batteries, la société a fait face à des dysfonctionnements de freinage et une querelle juridique avec la ville de San Francisco. La firme a poursuivi la ville en justice pour en l’accusant empêcher de collaborer avec d’autres sociétés.

Toutefois, une nouvelle annonce semble marquer la fin du cauchemar au sein de la société. La SFMTA (San Francisco Municipal Transportation Agency) vient de conclure un contrat de quatre ans avec Lyft. Les deux entreprises vont exploiter un modèle hybride de vélo en libre-service qui comprend des vélos à quai et sans socle. Le plus grand opérateur de vélo en libre-service aux USA commencera à déployer 4 000 vélos électriques en décembre.

 « Les nouveaux vélos électriques fonctionneront comme des “hybrides” qui pourront être amarrés dans les gares, mais aussi verrouillés sur des supports à vélos dans la ville. Ce modèle aidera à élargir la portée du système et à fournir un accès au vélo en libre-service à l’échelle de la ville », a déclaré la SFMTA.

Le monopole en matière de vélo en libre-service

Lyft s’est battu pour obtenir les droits exclusifs en tant que fournisseur de vélos. Cette bataille juridique pour les rues de San Francisco l’oppose à Uber’s Jump Bike et à la ville. La société prétend qu’elle a conclu un contrat d’amarrage de 10 ans avec la ville. Ceci lui donne le contrôle exclusif du vélo en libre-service sans quai pendant une décennie.

« Nous félicitons la ville de San Francisco de ne pas avoir renoncé à son droit de contester en justice le monopole revendiqué par Lyft en matière de vélo en libre-service. Nous nous réjouissons de protéger le droit des usagers en choisissant ce qui leur convient le mieux », a déclaré un porte-parole de la ville.

Mots-clés lyft