Lyft : Plus de 4000 cas d’agression sexuelle révélés

Après des années d’attente, Lyft vient de publier son premier rapport de sûreté. L’entreprise avait promis de le faire depuis l’année 2018, mais le document n’est finalement sorti que cette année. D’après la société, il y aurait eu des problèmes avec la California Public Utilities Commission.

En tout cas, le rapport est là, mais ce qu’il montre n’est pas du tout flatteur pour la compagnie. Le document révèle en effet le taux d’agression et de harcèlement sexuel au sein des services de Lyft, et ce au cours de trois années. De 2017 à 2019, il y aurait eu 4 158 cas d’agression sexuelle rapportés.

Crédits 123RF.com

Selon les informations, l’équipe de Lyft a classé tous les incidents relatifs aux agressions sexuelles et à des mauvais comportements en 21 catégories. Toutefois, les cas inclus dans le rapport correspondent uniquement aux 5 catégories d’agression sexuelle les plus sérieuses.

Les catégories évoquées dans le rapport de sûreté

Les cinq catégories que l’on peut trouver dans le rapport sont les suivantes : le fait d’embrasser sans consentement une partie sexuelle du corps, le fait d’embrasser sans consentement une partie non-sexuelle, le fait de toucher sans consentement une partie sexuelle, les tentatives de pénétration sexuelle sans consentement, et les pénétrations sexuelles sans consentement.

Parmi ces 5 catégories, les incidents les plus signalés sont ceux de la catégorie des attouchements sans consentement d’une partie sexuelle du corps. A part cela, au cours de la période considérée, l’équipe a enregistré 360 cas de viol.

Lyft a indiqué qu’ils ont inclus tous les incidents ayant eu lieu au cours des trois années sans considérer la date exacte des événements. La raison serait que les agressions sexuelles sont « chroniquement sous-déclarées ».

Lyft donne des explications

Lyft a expliqué qu’ils ne rapportaient pas de façon proactive aux forces de l’ordre les incidents liés à la sûreté. Ils considèrent qu’il s’agit d’une décision purement personnelle, surtout pour les victimes d’agression sexuelle. Dans le rapport, on peut lire que cette politique donne aux survivants le plus d’autonomie possible quant à la décision de signaler un incident et comment ils comptent le faire.

D’après certaines organisations, au moins 72 personnes seraient actuellement en train de poursuivre Lyft en justice concernant des cas d’agression sexuelle. Certains des plaignants accusent la compagnie de savoir que ses conducteurs violent des passagers sans pour autant prendre des mesures pour protéger ses clients.