MacBook Pro 2016 : Consumer Reports déconseille l’achat

Le MacBook Pro 2016 n’a pas que des fans visiblement. Consumer Reports déconseille en effet aux consommateurs de l’acheter. La raison invoquée ? L’autonomie de la machine n’est clairement pas suffisante.

Annoncé en grande pompe durant le dernier Keynote, le dernier ordinateur professionnel d’Apple a très rapidement du faire face à un flot de critiques acerbes portant notamment sur sa connectique et sur sa puissance de calcul. Consumer Reports a donc décidé de se pencher sérieusement dessus afin de se faire son propre avis sur la question.

Autonomie MacBook Pro

L’autonomie des MacBook Pro 2016, ce n’est pas vraiment ça selon Consumer Reports.

Peu connue en France et en Europe, cette association est extrêmement puissante aux États-Unis et elle est chargée des mêmes missions que notre UFC-Que Choisir.

Consumer Reports a testé le MacBook Pro 2016 en profondeur

Très respectée par les Américains, elle dispose aussi de fonds importants qui lui ont permis de construire à l’intérieur de ses locaux des laboratoires de tests capables de rivaliser avec ceux de nos constructeurs. Lorsque ses experts se penchent sur un produit, ils en examinent donc toutes les facettes et c’est aussi pour cette raison que beaucoup de personnes se basent sur leur avis pour orienter leurs achats.

Jusqu’à présent, Consumer Reports a toujours apprécié les MacBook Pro (et les produits de la marque en général), mais la situation est un peu différente cette fois.

Si le dernier ordinateur portable professionnel a brillé par son écran et par ses performances, il semble cependant rencontrer de graves problèmes avec sa batterie. La machine voit en effet de temps à autre son autonomie chuter drastiquement, sans la moindre explication logique.

Consumer Reports explique ainsi sur son site avoir procédé à une série de plusieurs tests portant sur plusieurs machines de la gamme.

L’association s’est notamment intéressée au MacBook 13 pouces doté d’une Touch Bar. Dans un premier temps, la machine a tenu pas loin de 16 heures (un score des plus honorables), mais elle est ensuite passée à 12,7 heures sur le second test avant de tomber… à 3,75 heures sur le troisième.

Une autonomie erratique et incompréhensible

Le modèle dépourvu de Touch Bar n’a pas été plus chanceux. Après avoir réussi à dépasser la barre des 19 heures avec une seule charge, l’autonomie de la machine est tombée à 4,5 heures au cours des essais suivants.

Le MacBook Pro doté d’un écran de 15 pouces n’a pas été épargné par ce problème. La machine a effectivement vu son autonomie passer de 18,5 heures à environ 8 heures durant les essais menés par les experts de l’association. Problématique, d’autant que ces derniers n’avaient jamais constaté de tels écarts auparavant. En temps normal, les variations constatées oscillent plutôt autour de 5 %.

Face à la situation, Consumer Reports a décidé de ne pas établir de moyenne comme elle le fait habituellement, mais de retenir le plus petit score obtenu par ces machines. Résultat des courses, le MacBook Pro 2016 se retrouve avec la plus faible autonomie de la gamme.

Cette histoire a fait couler beaucoup d’encre bien entendu et plusieurs sites spécialisés ont mené une enquête pour tenter d’en savoir un peu plus. Ars Technica a procédé de cette façon et le site estime que le problème pourrait (notez le conditionnel) venir du GPU.

Apple se trouve dans une position délicate, bien sûr, mais la firme n’a pas l’intention d’appliquer la politique de l’autruche. Phil Schiller a en effet déclaré que ses équipes allaient travailler en étroite collaboration avec l’association afin de déterminer ce qui a pu se passer durant les tests. Ces résultats ne correspondent effectivement pas à ceux obtenus par l’entreprise au cours de ses propres tests.

Il faut tout de même signaler que l’autonomie du MacBook Pro 2016 semble aussi poser problème à certains de ses propriétaires. Apple avait d’ailleurs “corrigé” le problème en procédant à quelques ajustements dans macOS 10.12.2 et en supprimant notamment l’estimation de l’autonomie affichée par le système. Un peu plus tard, la firme a publié plusieurs offres d’emploi afin de recruter un ingénieur spécialisé dans les algorithmes de batterie et un “architecte” de l’énergie.

À croire que les tests de Consumer Reports ne sont pas les seuls à poser problème.