MacBook Pro 2018 : un système de dissipation inadapté au Core i9 ?

Ultra puissant, ultra design, ultra moderne… et ultra mal refroidi. Voilà qui pourrait résumer les premiers retours au sujet du nouveau MacBook Pro d’Apple, et plus particulièrement ceux qui concernent le modèle équipé d’un Core i9 de chez Intel. Une série de processeurs particulièrement performants, mais qu’il ne faut pas confier à n’importe quel système de dissipation si l’on souhaite une machine capable d’exploiter correctement la puissance de calcul développée par ces puces.

Un point qu’Apple n’a visiblement pas pris en compte comme il aurait fallu. Résultat des courses, le MacBook Pro 2018 le plus cher (tout de même proposé à près de 3300 euros) chauffe et ne parvient pas à tenir ses fréquences. Autant dire que l’état des lieux fait mal pour un appareil censé s’adresser en priorité aux professionnels.

Les premiers retours font état de sérieux problèmes de surchauffe sur le dernier modèle de MacBook Pro, dont les déclinaisons les plus haut de gamme se parent d’un Core i9… chaud comme la braise.

Ce constat alarmant pour la firme à la pomme vient notamment du Youtubeur américain Dave Lee, qui publiait hier un vidéo test explicitement nommé “Beware the Core i9” (“Prenez garde au Core i9“, en français). Une vidéo dans laquelle l’intéressé met en avant un certain nombre de problèmes rencontrés avec la déclinaison 15 pouces du nouveau MacBook Pro, celle animée par ce fameux Core i9.

Vous vouliez un MacBook Pro 2018 ? Tournez-vous plutôt vers un modèle 2017 doté d’un Core i7

Parmi les écueils recensés, de gros problèmes de performances, notamment en encodage vidéo. Le vidéaste pointe ainsi que sous Adobe Premiere, le dernier bébé d’Apple plafonnait rapidement à une fréquence de 2,2 Ghz, pour une température qui atteignait quand même les 96 degrés Celsius. On est bien loin de la fréquence de base du processeur, normalement cadencée à 2,9 Ghz.

Ces fréquences bridées par une température trop élevée (Thermal Throttling) ont dans le cas présent un impact énorme sur les performances de l’appareil en encodage. Dave Lee a d’ailleurs sorti son chronomètre pour l’occasion et le constat est sans appel : 35 minutes et 22 secondes sont nécessaires pour qu’un MacBook Pro 2017, propulsé par un Core i7, encode une vidéo en 4K H.264 sous Premiere Pro ; tandis que le modèle 2018, doté d’un Core i9, mettra très exactement 39 minutes et 37 secondes à réaliser cette même tâche.

Preuve s’il en fallait que le système de dissipation choisi par Apple est bel et bien à pointer du doigt pour ces performances en berne, le même encodage, réalisé cette fois dans un congélateur, ne prendra pas plus de 27 minutes et 18 secondes au nouveau MacBook Pro i9.

Clairement, Apple aura de gros progrès à faire en termes de dissipation thermique si elle veut utiliser la pleine puissance des Core i9 du fondeur de Santa Clara.