MacOS et processeur ARM : plusieurs difficultés restent à surmonter

Apple ne l’a pas encore confirmé, mais de nombreuses sources évoquent le lancement à venir d’un processeur ARM 12-cœurs de 5 nm dans un Mac. L’information a été confirmée par Mark Gurman de Bloomberg. Les avantages de cette transition pour les utilisateurs ont déjà été évoqués par Steve Jobs en 2005, cependant, il semblerait que plusieurs problèmes doivent encore être résolus d’ici là.

Une chose est sûre, le déploiement de ces processeurs sur un Mac tout en garantissant une performance digne de la marque ne sera pas chose aisée et nécessitera certainement plusieurs années d’efforts. À l’heure actuelle, le portage de macOS et des applications Apple sur ARM n’est que la partie émergée de l’iceberg.

Crédits Pixabay

L’utilisation d’un processeur ARM avec macOS soulève donc plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. La compatibilité logicielle étant l’un des aspects majeurs à considérer.

Des problèmes techniques à surpasser

Bien qu’Apple ait parfaitement géré le dernier switch d’architecture de processeur Mac, la fabrication des nouvelles puces ARM ne servira à rien si les logiciels ne fonctionnent pas correctement.

Les problèmes de performances des applications émulées rencontrées lors du couplage de Windows basé sur ARM peuvent alors tout à fait se reproduire avec macOS basé sur ARM.

L’utilisation des applications Catalyst sur le nouveau macOS peut être une solution parmi d’autres pour améliorer la rapidité des applications, cependant, cette approche a été assez décevante jusqu’ici. Il faudra donc sûrement créer une sorte de couche d’émulation pour gérer les applications basées sur Intel afin de garantir une utilisation optimale des logiciels.

Une communication mal rodée

Outre l’aspect purement technique sur les modifications apportées, Apple devra aussi mettre en place une communication claire avec les utilisateurs et les développeurs. Pour les utilisateurs, il s’agira de faire connaître les logiciels qui fonctionneront avec et sans émulation. Les développeurs, quant à eux, devront être informés de la manière de transférer leurs applications sur la nouvelle architecture.

Toute la question est donc de savoir si tous ces efforts vaudront réellement la peine, et surtout combien coûtera cette nouvelle transition.

Mais pour avoir de plus amples informations sur toutes ces questions, il faudra vraisemblablement attendre la WWDC 2020. Si Apple doit réellement lancer ses premiers Mac sous ARM l’année prochaine, alors la firme doit commencer à communiquer dessus dès à présent.

Mots-clés armmac os