Magellan, un télescope géant pour découvrir les vieux secrets de l’Univers

Magellan sera le plus grand télescope au monde. Cela lui permettra de faire davantage de découvertes sur l’Univers et, plus particulièrement, dans le domaine de l’astronomie. Ce télescope a vu le jour grâce à la collaboration entre les États-Unis, le Brésil et la Corée. Il sera doté de miroirs massifs ainsi que d’optiques adaptatives. Le budget alloué à sa conception s’élève à des milliards de dollars.

Prévu pour être mis en marche en 2023, le télescope géant ou GMT capturera des images dix fois plus claires que les autres télescopes. Les chercheurs du monde entier pourront ainsi profiter de sa technologie pour mieux connaitre et comprendre l’Univers. Le docteur Patrick McCarthy a confié à Engadget que l’astronomie se distingue des autres sciences en ce sens qu’elle a pour but de déchiffrer les mystères de l’espace.

Espace

La physique, par exemple, est une science où les physiciens ont déjà toutes les indications nécessaires sur les particules subatomiques à rechercher dans la conception d’un instrument ou d’une machine.

Une surface collectrice de 368 m2

C’est le mercredi 20 septembre 2017 que le premier des sept miroirs composant le télescope Magellan a été transporté du laboratoire miroir Richard F. Caris de l’université d’Arizona vers l’observatoire Las Campanas, au Chili. C’est dans cet observatoire que les sept miroirs seront assemblés pour finaliser la construction du GMT.

La zone de collecte segmentée de ce télescope sera constituée de six miroirs monolithes de vingt-sept pieds de large. Ils seront ancrés autour d’un miroir central disposé sur l’axe. Elle aura une largeur de quatre-vingts pieds et couvrira une surface de 368 mètres carrés.

GMT attendu en 2024

Le docteur Robert Shelton, président de l’Organisation GMT a déclaré que la confection d’un miroir prend sept années de travail. Le verre borosilicaté est fourni uniquement par l’entreprise japonaise Ohara qui utilise une technique de construction unique impliquant une chimie propriétaire et des pots en argile.

Chaque miroir aura une précision nanométrique qui supportera la distorsion atmosphérique à la différence des télescopes actuels. Quand il sera mis en service, Magellan se penchera tout d’abord sur les observations déjà effectuées sur les lunes et les planètes composant notre système solaire pour compléter les informations disponibles.

Néanmoins, le GMT ne conservera son titre de plus grand télescope au monde que très peu de temps étant donné que l’observatoire européen austral construit déjà le télescope Extremely Large. Ce dernier est doté d’une surface collectrice de 978 mètres et il sera normalement mis en service en 2024.

Mots-clés astronomieespace