Maintenant, on a une idée de la proportion de matières dans tout l’Univers

Les chercheurs de l’Université de Californie (Riverside) ont récemment publié des valeurs très précises de la quantité totale de matière, qui comprend matière noire et matière classique, présente dans l’univers. Toujours selon leurs calculs, près de trois dixièmes de l’univers (31,5 % pour être plus précis) seraient ainsi composés de matière, le reste étant de l’énergie noire.

Mohamed Abdullah, étudiant à l’UCR, Gillian Wilson (professeur de physique et d’astronomie) et Anatoly Klypin (expert en cosmologie et en simulations numériques) ont récemment présenté la démarche qui leur a permis d’aboutir à ces résultats dans la revue Astrophysical Journal.

Une portion de l'Univers

Crédits Pixabay

Une méthode permettant de faire une estimation très précise de la matière totale dans l’ensemble de l’univers.

L’Univers : 31,5 % de matières et de deux fois plus d’énergie noire

Les résultats des calculs effectués donnent la répartition suivante pour les éléments qui constituent l’Univers :

  • 68,5 ± 1,3 % d’énergie sombre ou énergie noire (Dark Energy en anglais, à ne pas confondre avec la matière noire)
  • et de 31,5 ± 1,3 % de matières.

Ces 31,5 ± 1,3 % de matières regroupent quant à elles la matière régulière, encore appelée matière classique ou matière baryonique. Ce qui va composer les galaxies, les étoiles, les planètes, les poussières stellaires, les gaz et bien évidemment nous autres êtres vivants. Tout cela à raison de 20 %, le reste (80 %) étant constitué de matière noire, cette matière élusive et indétectable dans laquelle astres et atomes flottent.

À lire aussi : La réponse à l’énigme de la matière noire se trouve peut-être sous nos pieds

La masse des clusters de galaxies et la cartographie de l’Univers à la rescousse

Selon les explications des chercheurs, pour établir la quantité de matière totale de l’Univers, le nombre et la masse des groupes de galaxies par unité de volume ont été comparés avec les données obtenues grâce à des simulations numériques.

Et comme les groupes de galaxies actuels résultent, sur plusieurs milliards d’années, de l’accrétion des matières sous leurs propres gravités, le nombre actuel d’agrégations de galaxies, les fameux clusters, permet de déduire la quantité totale de matière dans l’Univers.

Ainsi, les astronomes de l’équipe ont développé le GalWeight, un outil pour mesurer la masse des clusters de galaxies. En intégrant cet outil aux données du SDSS (Sloan Digital Sky Survey), ils ont pu cataloguer les agrégations de galaxies et finalement comparer les données recueillies avec celles issues de simulations. Ce qui leur a permis d’obtenir les proportions des différentes matières qui constituent l’Univers.

À lire aussi : Et si la matière noire nous permettait de voir plus loin dans l’Univers ?