Mais à qui donc appartient la Lune ?

En 1969, Neil Armstrong marche pour la première fois sur la Lune après avoir parcouru une distance de 360 000 kilomètres. Pour marquer son passage sur l’astre, l’astronaute y a planté le drapeau national des États-Unis. Un geste qui, selon certains, peut être perçu comme une façon de revendiquer l’appartenance de la Lune aux Américains.

À l’heure actuelle, personne n’est en mesure d’affirmer quelles étaient les véritables intentions de Neil Armstrong.

Le débat fait aujourd’hui surface. À qui appartient réellement la Lune ? Le fait que le drapeau américain y soit planté signifie-t-il qu’elle revient aux États-Unis ? Frans Von der Dunk, professeur de droit spatial au Collège de droit du Nebraska, a essayé d’apporter sa réponse à ces questions.

La Lune n’est à personne

La réponse de Von der Dunk à cette question est simple et sans équivoque : la Lune n’appartient à personne.

Même si historiquement, le fait de planter un drapeau sur un territoire signifie revendiquer l’appartenance de ce terrain, Von der Dunk a tenu à préciser qu’à l’époque, c’était surement la dernière chose que Neil Armstrong et son coéquipier Buzz Aldrin avaient en tête.

« De toute évidence, les astronautes avaient des choses plus importantes à l’esprit que de contempler le sens juridique et les conséquences de ce drapeau planté, mais heureusement, la question avait été réglée avant la mission. »

Un traité ratifié

Les propos de Frans Von der Dunk sont renforcés par l’existence du Traité de 1967 sur l’espace extra-atmosphérique qui a été ratifié deux ans avant que Neil Armstrong et son équipage ne mettent un pied sur la Lune. Ce traité stipule que le cosmos est « libre pour toutes les nations d’explorer et que les revendications souveraines ne peuvent être faites. »

Signé par le Japon, la Russie et les États-Unis, cet accord avait pour objectif d’empêcher la course à la colonisation de l’espace comme ce qui a déjà été le cas sur Terre. « La possibilité d’un accaparement des terres dans l’espace donnant lieu à une nouvelle guerre mondiale devrait être évitée. » explique Von der Dunk.

D’après le professeur, quand Neil Armstrong a planté le drapeau des États-Unis sur la Lune, c’était surtout pour honorer tous ceux qui ont contribué à la réussite de la mission Apollo 11.

Mots-clés lune