Mais au fait, c’est quoi le phénomène des eaux mortes ?

Des phénomènes étranges se déroulent dans les profondeurs marines. Une équipe de chercheurs du CNRS et de l’Université de Poitiers vient de percer le mystère de l’un d’entre eux, dans le cadre d’une étude publiée dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Durant des années, les navigateurs ont entendu parler des « eaux mortes. » Le premier à avoir évoqué ce phénomène est l’explorateur norvégien Fridtjof Nansen, en 1893. Pendant une expédition sur les mers de Sibérie, ce dernier s’est retrouvé coincé au beau milieu de l’océan. Malgré l’absence de problèmes techniques, son bateau ne pouvait plus bouger.

Crédit : Peter Feghali – Unsplash.com

Après plusieurs recherches, les scientifiques ont découvert que c’était dû aux eaux mortes. Selon les experts, il s’agit d’un phénomène se produisant dans les mers où on observe un mélange entre des eaux de différentes densités.

Des ondes à l’origine de ce phénomène

Après que l’explorateur Fridtjof Nansen ait rapporté l’existence de cet étrange phénomène, l’océanographe Vagn Walfrid Ekman s’est penché sur la question en 1904. Des expériences menées en laboratoire lui ont permis d’arriver à la conclusion que les eaux mortes étaient provoquées par des vagues qui se forment entre la couche d’eau salée et la couche d’eau douce. Ces vagues auraient la capacité de ralentir les bateaux de telle façon que les navigateurs ont l’impression qu’ils stagnent.

Les chercheurs du CNRS et de l’Université de Poitiers ont voulu en savoir plus. Ils ont alors réalisé une classification mathématique de plusieurs ondes internes. Par la suite, ils ont analysé des images expérimentales sous l’échelle du pixel pour étudier le phénomène. Ces derniers en sont venus à la conclusion que les eaux mortes étaient dues « à des ondes qui agissent comme un tapis roulant bosselé sur lequel les navires se déplacent d’avant en arrière. »

À lire aussi : Des chercheurs ont réveillé d’anciens microbes coincés dans le plancher océanique

Un phénomène qui se produit en deux temps

D’après les chercheurs, le phénomène des eaux mortes se produit en deux temps. D’abord, les navires passent par une phase caractérisée par l’oscillation de leur vitesse. C’est ce que les scientifiques appellent « le phénomène de résistances d’ondes internes à la Ekman. »

Par la suite, ils sont soumis à une vitesse constante extrêmement basse qui fait partie de ce que les experts appellent le « phénomène de résistance d’ondes internes à la Nansen. » Il est à noter que cette étude a été réalisée dans le cadre d’un projet qui tente d’expliquer la défaite des bateaux de Cléopâtre durant la bataille d’Actium.

Elle a été publiée sous le titre : « The dual nature of the dead-water phenomenology : Nansen versus Ekman wave-making drags. »

À lire aussi : Un nouvel océan serait en train de se former en Afrique