Mais au fait, combien d’exoplanètes habitables peuvent orbiter autour des étoiles ?

Des astrobiologistes de l’Université de Californie à Riverside ont développé un nouveau modèle informatique qui suggère que certaines étoiles de notre galaxie, la Voie lactée, pourraient abriter jusqu’à sept planètes semblables à la Terre.

Mais il faut pour cela que l’étoile n’ait pas de planète géante gazeuse comme Jupiter. La présence de cette dernière dans notre système solaire expliquerait pourquoi la Terre est la seule planète présente dans la zone habitable du soleil.

Crédits Pixabay

Des étoiles avec jusqu’à sept planètes dans leur zone habitable

Si la Terre est à ce jour la seule planète connue de l’univers à abriter la vie, les scientifiques pensent qu’il existe logiquement d’autres planètes similaires dans le vaste univers. Pour les astrobiologistes, notre meilleure chance de trouver d’autres planètes qui abritent la vie est de chercher dans la zone habitable des étoiles, c’est-à-dire la zone autour d’une étoile où l’eau liquide peut exister.

L’astrobiologiste Stephen Kane a concentré ses études sur le système planétaire voisin Trappist-1. Ce système a fait sensation lorsque les scientifiques se sont aperçus qu’il comptait au moins sept planètes dans sa zone habitable, dont trois semblables à la Terre. Dans un communiqué, Kane déclare que cette particularité de Trappist-1 l’a poussé à s’interroger sur le nombre maximum de planètes habitables qu’une étoile peut avoir, et pourquoi notre étoile n’en a qu’une seule.

Dans le cadre de leur étude publiée le 27 juillet 2020, Kane et son équipe ont créé un modèle informatique simulant des planètes de différentes tailles en orbite autour de leurs étoiles. Grâce à un algorithme, ils ont pu étudier les forces gravitationnelles ainsi que l’interaction des planètes les unes avec les autres pendant des millions d’années. Ils sont ainsi arrivés à la conclusion qu’il était possible que certaines étoiles supportent jusqu’à sept planètes dans leur zone habitable.

Une nouvelle avancée dans la recherche de planètes semblables à la Terre

L’étude de Kane montre que le système Trappist-1 est une rareté dans l’univers. Car pour qu’une étoile puisse abriter plusieurs planètes dans sa zone habitable, il faut qu’elle soit entièrement entourée de petites planètes et qu’elle n’ait pas de géante gazeuse comme Jupiter.

Kane et son équipe ont identifié une autre étoile avec de telles caractéristiques. Il s’agit de Beta Canum Venaticorum, alias Beta CVn. Un système relativement proche qui se trouve à 27 années-lumière de la Terre. Parce qu’il n’a pas de planète semblable à Jupiter, ce système fera partie de ceux à vérifier pour déterminer s’il possède plusieurs planètes dans sa zone habitable, ont déclaré les scientifiques.