Mais au fait, comment fonctionne le capteur du Galaxy S20 Ultra ?

Samsung a décidé de détailler le fonctionnement du capteur de 108 mégapixels du Galaxy S20 Ultra afin d’éviter toute confusion. Et voici donc comment ce composant arrive à produire des clichés de très grande qualité.

Samsung a marqué les esprits en annonçant une version du Galaxy S20 dotée d’un capteur photo ISOCELL Bright HM1 de 108 millions de pixels. Grâce à celui-ci, le Galaxy S20 Ultra est entré dans la liste des meilleurs photophones du moment. En fait, il s’agit d’un capteur adoptant la norme Nonacell. Chaque pixel fait 0,8 μm alors que le capteur lui-même mesure 1/1,33 pouces. En combinant les technologies Nonacell et Smart-ISO, Samsung prétend être capable de proposer des vidéos 8K d’une pureté cristalline et des images de très haute résolution.

Samsung a détaillé le fonctionnement du capteur de 108 mégapixels du Galaxy S20 Ultra

La norme Nonacell est en réalité basée sur la technologie Tetracell. Le chaebol a dévoilé cette dernière il y a environ 3 ans.

9 pixels adjacents sur un schéma 3×3

Contrairement à la technologie Tetracell qui présente un schéma 2×2, la Nonacell utilise une grille de 3×3 pixels adjacents. Grâce à cette disposition, le capteur ISOCELL Bright HM1 du Galaxy S20 Ultra est en mesure de fusionner des blocs de 9 pixels de 0,8 μm en un pixel de 2,4 μm. Aussi, en dépit de ses 108 millions de pixels, la caméra capture des images de 12 millions de pixels.

Cela a pour avantage d’augmenter largement la sensibilité à la lumière et, donc, le niveau de détails.

Toutefois, le recours à une telle technique implique un élargissement des intervalles entre les pixels de couleurs différentes. Et c’est là qu’entrent en jeu les technologies ISOCELL Plus et Smart-ISO. Cette dernière permet selon Samsung d’avoir des « rendus optimales dans toutes les conditions d’éclairage », y compris dans les « environnements à lumière mixte particulièrement complexe ». L’ajout de la technologie HDR offre des aperçus HDR en temps réel.

Une conversion via une IP matérielle intégrée

Au lieu de reposer sur un processeur mobile, le capteur ISOCELL Bright HM1 Nonacell de 108 mégapixels du Galaxy S20 Ultra convertit directement les pixels via « une IP matérielle intégrée ». Cela facilite bien évidemment le traitement des images et diminue la consommation énergétique. Pour couronner le tout, une stabilisation électronique est prévue tout comme une fonction de détection de phase Super-PD et un zoom sans perte jusqu’à 3X.

Rappelons qu’en plus de la caméra de 108 millions de pixels, le module photo dorsal du Galaxy S20 Ultra comprend un appareil photo grand-angle de 12 mégapixels, un téléobjectif de 48 mégapixels et un zoom hybride 10x permettant d’agrandir la taille d’un objet distant jusqu’à 100 fois de manière numérique.