Mais au fait, comment la NASA ferait-elle pour gérer une épidémie dans l’esspace ?

La propagation des virus a toujours été considérée comme une menace à bord de la station spatiale internationale. Même les maladies les plus ordinaires, tel le rhume, changent d’aspect chez les astronautes, car les conditions caractérisant les environnements extraterrestres sont extrêmes. Une étude récente a démontré que les traitements antibiotiques sont moins efficaces dans l’espace quand il s’agit de maîtriser une virulence bactérienne accrue.

Des astronautes sont, récemment, partis en direction de l’ISS à l’intérieur d’un vaisseau de ravitaillement SpaceX Dragon CRS-20. Pourtant, le coronavirus continue de se répandre dans le monde entier. Les scientifiques ont peur de ce qui pourrait se passer si le virus se propageait dans l’espace.

Crédits Pixabay

Les scientifiques s’inquiètent donc de l’impact d’une telle épidémie si elle parvient à atteindre les astronautes dans l’espace. En plus, les virus ne se propagent pas de la même manière hors de la Terre.

Des précautions nécessaires à bord de l’ISS

« Lors de la mission Apollo 7 en 1968, le commandant est monté à bord avec un léger rhume. Il a transmis le virus aux autres et cela a eu un impact significatif. Les astronautes manquaient de médicaments et de mouchoirs qu’ils ont dû enlever leurs casques lors de leur retour », a déclaré Jonathan Clark, professeur de neurologie et de médecine spatiale.

Depuis cette première mission lunaire, la procédure de mise en quarantaine à bord de la station spatiale a été renforcée. Par exemple, dans le segment américain de l’ISS, il y a des filtres à air HEPA qui sont capables de filtrer les particules en suspension dans l’air. Les dispositifs permettent également un essuyage régulier des surfaces et une meilleure surveillance microbienne.

« Suite au problème de rhume comme lors du retour de la lune, la NASA met tous les astronautes en quarantaine avant et après le vol en limitant les contacts. Cette précaution a pour objectif d’assurer la santé et la sécurité de l’équipage. En plus, l’absence de gravité met les particules en suspension et les filtres éliminent les particules », a expliqué Clark.

Les microbes évoluent dangereusement dans l’environnement spatial

Pour les cas d’urgence, les astronautes bénéficient d’une assistance médicale à distance depuis l’espace. Toutefois, s’ils ne font pas attention, ils devront affronter ce genre de maladies dans des environnements extraterrestres plus difficiles. À présent, la NASA surveille de près les impacts du COVID-19 sur le programme spatial américain.

Une mission de recherche appelée RR-7 est menée sur l’ISS. L’objectif de ce projet est d’étudier les microbes à l’intérieur du corps humain qui pourraient affecter les vaisseaux spatiaux. En effet, les vols spatiaux modifient l’organisme de façons étranges. La propagation des infections et le comportement des virus dans l’organisme changent lorsque l’homme va dans l’espace.

Mots-clés espaceNASA