Mais au fait, les aliments congelés peuvent-ils transmettre le COVID-19 ?

Existe-t-il d’autres moyens de transmission du coronavirus qui n’ont pas encore été suggérés par les chercheurs ? La réponse nous vient peut-être de certains pays qui viennent récemment de confirmer des cas impliquant des aliments surgelés importés.

En effet, si aucun cas de Covid-19 n’a été détecté en Nouvelle-Zélande depuis les trois derniers mois, le pays vient d’annoncer l’apparition de nouveaux cas chez des employés d’un magasin d’aliments importés. Selon les autorités sanitaires locales, il est fort probable que le virus vienne des emballages des produits vendus.

Crédits Pixabay

En outre, la Chine a également indiqué avoir découvert « des traces du virus » sur des contenants de produits alimentaires surgelés importés. Pour autant, les chercheurs et les professionnels de la santé estiment qu’il y a peu de risque d’attraper le virus via les emballages des aliments surgelés.

« Des traces du virus » sur les emballages d’aliments importés

Selon les analyses effectuées par la Commission municipale de la santé de Shenzhen, une ville située dans le sud-est de la Chine, des emballages de produits alimentaires en provenance d’Équateur, du Brésil et d’autres pays ont révélé des traces du Sars-CoV-2.

De ce fait, cette agence municipale a mis en garde la population en leur invitant à « faire preuve de prudence dans l’achat de produits carnés surgelés et de produits aquatiques importés ces derniers jours ».

Toujours selon l’agence municipale de Shenzhen, les produits en question n’ont, jusqu’ici contaminé personne. Ce qui n’est pourtant pas le cas en Nouvelle-Zélande, où les experts suggèrent un lien entre les nouveaux cas détectés et la manipulation des produits importés.

On ne devrait pas avoir peur de la nourriture et des emballages

Selon le directeur exécutif du Programme des urgences sanitaires de l’ Organisation mondiale de la santé, Michel Ryan : « les gens ne devraient pas avoir peur de la nourriture ou des emballages alimentaires, ou de la transformation et la livraison de nourriture ».

En effet, Ryan, tout comme d’autres spécialistes soulignent que jusqu’à présent, « il n’y a aucune preuve que la nourriture ou la chaîne alimentaire participe à la transmission de ce virus ». D’autant que le coronavirus ne survit pas longtemps hors du corps, qui plus est dans les conditions de froid auxquelles les aliments surgelés sont soumis.

Néanmoins, ces spécialistes indiquent qu’il est toujours important de prendre les précautions d’usage pour faire face à la pandémie. En l’occurrence bien se laver les mains avant de s’attaquer à la préparation des aliments, les laver au besoin, et prendre le temps de bien les cuire.