Mais au fait, quelles sont les chances de voir apparaître une vie extraterrestre ?

En observant l’Univers, on se demande souvent si on est seul parmi les milliards d’étoiles du cosmos. Sur Terre, les scientifiques ont découvert que la vie s’est développée de façon assez rapide après la formation de la planète, même s’il a quand même fallu près de 4 milliards d’années avant l’apparition d’une vie intelligente. Mais qu’en est-il des autres planètes de l’Univers ?

À défaut de pouvoir analyser directement ce qu’il se passe sur les exoplanètes, une étude récemment publiée dans la revue Proceeding of the National Academy of Sciences parle d’une technique d’analyse statistique du nom d’inférence bayésienne qui pourrait nous aider à comprendre comment une vie extraterrestre complexe pourrait apparaître sur une exoplanète.

Crédits Pixabay

Cette étude a été menée par David Kipping, professeur assistant au département d’astronomie de Columbia, et d’après lui, dans son étude, il est possible de quantifier les faits sur l’émergence rapide de la vie sur Terre et l’apparition tardive de l’humanité.

La démarche suivie

Au cours de son analyse, Kipping s’est servi de la chronologie relative à l’apparition de la vie sur Terre et à l’évolution de l’humanité. Il s’est demandé ce qu’il se passerait par rapport à l’émergence de la vie si l’on pouvait recommencer plusieurs fois l’histoire de la planète.

Quatre hypothèses possibles lui ont permis de cerner le problème. Le premier c’est que la vie est courante et développe souvent une forme d’intelligence. Puis, la vie est rare, mais développe souvent une forme d’intelligence. La troisième hypothèse est que la vie est courante, mais développe rarement une forme d’intelligence. Finalement, la vie est rare et développe rarement une forme d’intelligence. Kipping a utilisé des formules mathématiques bayésiennes sur ces quatre hypothèses pour comparer différents modèles entre eux.

Les résultats obtenus

D’après les conclusions de l’étude, si les planètes avec les mêmes conditions et les mêmes chronologies d’évolution que la Terre sont courantes, il serait assez facile pour la vie d’y apparaître spontanément. Dans ce cas, les probabilités qu’il y ait apparition d’une vie complexe et intelligente sont de 3 sur 2 en faveur de la vie intelligente. Selon Kipping, ce résultat vient du fait que l’humanité n’est apparue sur Terre que très tard, ce qui signifie que son développement n’est ni un processus facile ni assuré. Il a ajouté que si l’on pouvait recommencer l’histoire de notre planète, l’apparition d’une vie intelligente serait très peu probable.

Kipping a indiqué que ces analyses ne peuvent pas fournir de résultats certains, mais seulement des probabilités statistiques basées sur ce qu’il s’est passé sur Terre. En tout cas, avec cette étude, les chercheurs qui travaillent dans la recherche d’une forme de vie sur d’autres planètes en savent un peu plus sur les probabilités relatives à leur quête.