Qui était donc le célèbre Guy Fawkes ?

Le 5 novembre 1605, le royaume d’Angleterre était à deux doigts d’une subversion meurtrière. Un groupe de catholiques anglais orchestrait un complot contre les autorités protestantes de la même nationalité. Les rebelles avaient prévu de faire exploser une grande quantité de poudre à canon dans une cave située sous la Chambre des lords, dans le palais de Westminster. La mission a été confiée à un ancien soldat du nom de Guy Fawkes. Ce nom a ensuite été gravé dans l’histoire, car il est inévitablement associé à la Conspiration des poudres de 1605.

Les conspirateurs ont conçu un plan machiavélique digne d’un attentat terroriste. Ils prévoyaient d’assassiner Jacques Ier d’Angleterre, sa famille et la plupart des membres de l’aristocratie d’un seul coup. Par la même occasion, ils espéraient pouvoir enlever la princesse Élisabeth (plus tard Élisabeth de Bohême, la « reine d’hiver »).

Image par LaMography Stockphotos de Pixabay
Image par LaMography Stockphotos de Pixabay 

L’entreprise a été contrecarrée grâce à une lettre d’avertissement reçue par William Parker, quatrième baron Monteagle, le 26 octobre. Guy Fawkes a été appréhendé, la main dans le sac, dans la cave qu’ils ont louée, lorsqu’il allait mettre le feu aux poudres.

Condamné à être pendu, traîné et écartelé

En tout, les conspirateurs ont amassé 1 800 livres (670 kilogrammes) de poudres et ont réussi à les ramener dans la cave. La tâche était particulièrement ardue et délicate, car ils devaient retirer la terre sans être vus. Ils attendaient ensuite le « bon moment », la réunion du Parlement, pour la détonation.

La tuerie a pu être évitée à temps grâce à un des conspirateurs qui était meurtri par sa conscience. Il a d’abord envoyé une lettre à William Parker et des fouilles ont eu lieu dans le palais, mais rien n’a été trouvé. De son côté, le baron, qui n’avait pas l’esprit tranquille, a décidé d’expédier une autre lettre au secrétaire d’État. Dès lors, ce dernier a lancé une recherche dans la cave et c’est là que Fawkes est arrêté.

Torturé sur le chevalet de la tour de Londres, il a fini par dévoiler les noms de ceux qui l’ont assigné à cette mission. Avec ses complices qui étaient encore vivants, il a comparu devant la justice à Westminster Hall, le 31 janvier 1606. À l’issue du procès, il a été jugé coupable de haute trahison. Guy Fawkes a alors été condamné à être pendu, traîné, puis écartelé (Hanged, drawn and quartered).

Une fête traditionnelle au nom de Guy Fawkes

Juste au moment où il allait être pendu, Fawkes a trouvé une échappatoire lui offrant l’occasion d’éviter le supplice. En effet, il a pu échapper brièvement des mains de ses bourreaux et sauter de l’échafaud, se brisant ainsi le cou.

Jusqu’à aujourd’hui, sa mémoire est commémorée chaque soirée du 5 novembre au Royaume-Uni. Connue sous le nom de « Guy Fawkes Night » (ou de Bonfire Night ou Fireworks Night), cette fête est célébrée par des feux de joie et des tirs de feux d’artifice. Suivant la tradition locale, une effigie de Guy Fawkes est brûlée sur les feux de joie, avec les autres malheurs de l’année.

Mots-clés histoire