Covid-19 : Mais au fait, une mère peut-elle transmettre son immunité à son bébé ?

Il est de notoriété générale que durant la grossesse, la mère peut transmettre une partie de ses capacités immunitaires au fœtus, le rendant capable de faire face à une gamme de maladies, du moins durant les premiers mois de sa vie après l’accouchement. Mais dans le cadre du COVID-19, le même mécanisme se met-il en place ?

C’est à cette question que le Dr Karen Puopolo et le Dr Scott Hensley de la faculté de médecine de l’Université de Pennsylvanie ont voulu répondre. Et pour ce faire, ils ont notamment mené une étude sur les possibilités de transfert d’immunité COVID-19, de la mère au fœtus dont les résultats ont été récemment publiés dans la revue JAMA Pediatrics.

Crédits Pixabay

Leurs conclusions ? Les résultats tendent à confirmer que la mère peut effectivement transmettre ses capacités immunitaires à son bébé durant la grossesse. Toutefois, le mécanisme en question n’est pas encore clairement compris.

Apparemment, les bébés acquièrent une immunité au virus dans l’utérus

Pour mener leur étude, notre équipe de chercheurs a analysé les échantillons sanguins de plus de 1470 femmes enceintes. Et parmi les prélèvements analysés, les scientifiques ont détecté des anticorps de SRAS-COV-2 dans 83 prélèvements. Ce qui signifie que ces 83 femmes enceintes ont été en contact avec le coronavirus, qu’elles aient développé des symptômes de l’infection ou non.

Pour aller plus loin, les chercheurs ont également analysé les cordons ombilicaux des nouveau-nés. Ils ont alors observé que pour la majorité d’entre eux, plus précisément chez 72 des 83 bébés dont les mères ont été testées positives pour des anticorps anti-SARS-CoV-2,  des immunoglobulines G (IgG) ont été trouvées dans le sang des cordons ombilicaux.

Pour information, ces anticorps IgG sont des petits anticorps que la mère va transmettre au fœtus via le placenta qui va les laisser librement passer. Pour les chercheurs, si la mère possède effectivement des anticorps à même de neutraliser le coronavirus, des anticorps appelés anticorps « domaine de liaison au récepteur » ou anticorps RBD, ils seront filtrés et transformés au niveau du placenta en IgG afin de conférer une immunité au bébé.

La vaccination des femmes enceintes sera profitable pour leurs bébés

Si vous avez bien suivi, vous remarquerez que l’on n’a retrouvé des IgG que chez 72 des 83 bébés dont les mères ont été testées positives pour des anticorps anti-Sars-CoV-2. D’après les chercheurs, pour ces 11 bébés restants, soit les mères en question ont produit moins d’anticorps que la moyenne, soit elles n’ont pas eu le temps de transmettre ces anticorps à leurs progénitures.

Ainsi, les bébés naissent donc avec une anse d’immunité naturelle transmise par la mère, y compris pour le cas du Sars-CoV-2 dans une certaine mesure. Ceci étant, le mécanisme n’est pas encore clairement compris pour le moment. Par ailleurs, plusieurs études montrent que le taux d’anticorps chez un nouveau-né, pour pas mal de maladies, peut chuter au fur et à mesure qu’il va grandir. Et c’est pour cela qu’on doit les vacciner et faire des rappels plus tard.

D’autres recherches seront encore nécessaires pour déterminer plus exactement dans quelle mesure cette immunité naturelle protège réellement les nouveau-nés. Dans tous les cas, les résultats de la présente étude suggèrent que la vaccination des femmes enceintes peut à la fois bénéficier à la mère et à son bébé.