Mais pourquoi la couleur bleue est aussi rare dans la nature ?

La couleur bleue ne passe pas inaperçue dans la nature et reste magnifique à observer. Sa rareté repose sur la difficulté de sa production, entre autres dans le règne végétal comme animal.

Les plus belles plages du monde ont souvent en commun une somptueuse eau turquoise. Les beaux jours nous gratifient également d’un magnifique ciel bleu. On est alors tenté de croire que la présence de la couleur dans la nature est banale. En réalité, retrouver celle-ci dans l’environnement est loin d’être commun. Rappelons que notre perception de couleur dépend des millions de cellules photoréceptrices au niveau de la rétine. Celles-ci nous permettent de voir les composantes de la lumière blanche qui ne sont pas absorbées par les objets.

Une fleur bleue
Crédits Pixabay

Les éléments qui nous apparaissent bleus sont capables d’absorber le spectre rouge de la lumière blanche. Les molécules permettant l’absorption de ce spectre sont assez rares dans la nature.

Le bleu dans la flore et la faune

La couleur bleue est très rare dans le règne végétal. Des études antérieures ont établi que moins de 10 % de la flore mondiale est en mesure de produire des fleurs bleues. La proportion contient une population d’environ 300 000 espèces végétales. La reproduction des plantes à fleurs s’appuie sur la pollinisation. Le processus requiert l’intervention d’espèces animales pollinisatrices comme les abeilles. La production de fleurs bleues serait un moyen pour mieux attirer les pollinisateurs dans un environnement très concurrentiel.

Les cellules vivantes fabriquent difficilement les molécules capables d’absorber le spectre rouge. Notons que celles-ci sont volumineuses et possèdent une structure complexe. Ce qui explique leur rareté dans le monde végétal. Cela est également le cas dans le règne animal. Le bleu s’obtient par le biais de processus physique et non chimique. Il peut s’agir de nanostructures capables de manipuler les différents spectres de la lumière blanche.

La présence de telles structures est courante chez les reptiles et les insectes. Certaines espèces d’oiseau et de poisson en sont également dotées. D’autre part, la couleur bleue est extrêmement rare chez les mammifères. Notons que les seules espèces qui affichent le pigment en grande quantité sont aquatiques.

A lire aussi : Google joue la carte de l’écologie et promet des matériaux recyclés pour ses produits

La couleur bleue dans la culture

La rareté du bleu dans la nature a eu une certaine incidence dans l’évolution des différentes sociétés humaines. Kai Kupferschmidt raconte cela dans son dernier ouvrage Blue: In Search of Nature’s Rarest Color, paru cette année aux éditions The Experiment. La nomination du bleu a eu lieu tardivement dans l’histoire humaine, note l’écrivain scientifique. En raison de sa rareté, la couleur a souvent été associée à la divinité.

La faible présence naturelle du bleu dans l’environnement continue de fasciner l’humanité. La couleur occupe aujourd’hui une place importante dans notre quotidien, en raison de son association avec le positif !