Mais pourquoi un groupe sanguin A expose davantage aux risques de la Covid-19 ?

À l’issue de plusieurs études, les scientifiques soupçonnent fortement que les groupes sanguins jouent un rôle prépondérant dans la contraction du virus et la gravité de l’infection. D’ailleurs, une grande proportion de résultats obtenus jusqu’ici en mit en évidence un lien entre le Coronavirus et le sang de type A.

Il semble en effet que les personnes appartenant à ce groupe sanguin soient plus susceptibles de contracter la Covid-19 et de développer des symptômes graves que les autres.

Crédits Gerd Altmann – Pixabay.com

Des recherches ont permis de découvrir qu’une partie du Coronavirus, nommée RBD (pour domaine récepteur-grippant), se lie aux cellules et s’accroche directement à des molécules, appelées « Antigènes A », qui sont propres au groupe sanguin A. Or, ces molécules se trouvent sur les cellules qui forment les voies respiratoires, dont celles des poumons.  

La recherche a été dirigée par le Dr Sean Stowell, médecin-scientifique spécialiste de la médecine transfusionnelle. Le chercheur a travaillé au Brigham and Women’s Hospital dans le Massachusetts, et à l’université Emory en Géorgie.

Des relations entre les groupes sanguins et l’action du virus ?

Les recherches effectuées par M. Stowell et ses collègues ont été axées sur le lien entre la Covid-19 et les groupes sanguins. Ils ont procédé à un test diagnostique de la maladie en commençant par examiner le virus qui en est responsable. Ils ont constaté que le récepteur du SARS-CoV-2 appartient à un groupe de protéines appelées « galectines » qui se lient facilement aux antigènes.

« De nombreuses études ont démontré les relations entre les groupes sanguins et la manière dont le SRAS-CoV-2 agit. Les personnes appartenant à un groupe sanguin de type O ont un risque plus faible par rapport aux autres. »

Dr Torben Barington, immunologiste clinique à l’hôpital universitaire d’Odense et à l’université du Danemark du Sud.

A lire aussi : Windows 10 à moins de 8 €

Des mécanismes encore inexpliqués

Il a été établi que les antigènes exercent une influence sur le taux d’infection. Or, le RBD présente une certaine affinité pour les antigènes de type A. Cela pourrait expliquer l’aggravation des symptômes et rend la respiration plus difficile chez les patients de ce groupe A.

« Les personnes ayant un sang de type A sont plus susceptibles de développer des symptômes graves et une insuffisance respiratoire lorsqu’elles contractent le virus. Il y a plusieurs hypothèses, mais nous devons encore apprendre les mécanismes réels. »

Dr Barington

Il faudra néanmoins prendre ces résultats avec des pincettes. Des recherches plus approfondies sont nécessaires pour pouvoir en tirer des conclusions fiables, au risque d’omettre la considération d’autres paramètres plus ou moins importants.