Mais quel est ce bourdonnement mystérieux provenant des entrailles de la Terre ?

On sait depuis longtemps que la Terre génère constamment un signal vibrationnel à basse fréquence. La première tentative pour détecter ce bourdonnement a été faite en 1959, mais ce n’est qu’en 1998 que les scientifiques ont finalement prouvé son existence.

Depuis lors, il y a eu des centaines de tentatives pour enregistrer le bourdonnement de la Terre, mais jusqu’ici elles ont toutes été faites en utilisant des sismomètres terrestres.

Sauver Terre

De nouvelles techniques sous-marines pour localiser l’étrange bourdonnement

Les chercheurs ont maintenant pu capter le bourdonnement pour la première fois en utilisant des instruments sismiques au fond de la mer. Les chercheurs ont d’abord recueilli les données de 57 stations sismométriques situées dans l’océan Indien, à l’est de Madagascar, entre 2012 et 2013. Ils ont ensuite appliqué une combinaison de techniques pour supprimer les interférences des ondes infragravité océaniques, des courants et des pépins électroniques, et isoler le signal généré par les tremblements de terre.

Un bourdonnement présent dans le monde entier

Finalement, ils ont pu déterminer que les vibrations naturelles de la Terre atteignaient plusieurs fréquences comprises entre 2,9 et 4,5 millihertz. Ces vibrations ne peuvent toutefois pas être entendues par l’homme, car elles sont environ 10 000 fois plus petites que le seuil auditif inférieur de l’oreille humaine (20 hertz).

Cependant, le fait qu’elles aient été détectées au fond de l’océan et que près de 70% de la surface de la planète soit recouverte d’eau suggère que le bourdonnement est présent dans le monde entier. L’équipe de recherche, dirigée par Martha Deen de l’Institut de physique du globe de Paris, espère que les nouvelles données fourniront des indices quant à la source du bourdonnement.

Un nouveau moyen d’étudier plus efficacement l’intérieur de la Terre

Les sismologues ont proposé de nombreuses théories différentes pour expliquer la vibration continue – des perturbations atmosphériques aux ondes océaniques qui se déplacent sur le fond marin. Cependant, l’étude, publiée dans Geophysical Research Letters, conclut que ces théories ne peuvent expliquer qu’une partie de la vibration.

Les scientifiques étudient traditionnellement l’intérieur de la Terre pendant les tremblements de terre, mais cela signifie qu’ils sont sévèrement limités à des périodes spécifiques et des zones où les tremblements de terre se produisent généralement. L’utilisation du signal de bourdonnement comme source d’ondes sismiques éviterait ce problème, car il est généré de façon continue et peut être détecté à travers la surface de la planète toute entière.