Et maintenant, une maladie mystérieuse en Inde

2020 semble en avoir encore un peu sous le coude. Non content d’avoir vue une bonne partie du monde paralysé à cause de la pandémie de Covid-19, elle compte visiblement se terminer avec une nouvelle maladie, cette fois en Inde.

En effet, comme le rapporte CNN, au cours du week-en dernier, plus de trois cents personnes originaires de la ville d’Eluru dans l’Etat d’Andhra Pradesh ont été hospitalisés avec des symptômes graves.

Image par Parentingupstream de Pixabay
Image par Parentingupstream de Pixabay

D’après les rapports locaux, ces personnes présentent en effet un trouble de type épileptique se traduisant par des convulsions et des pertes de conscience temporaires, mais aussi par des nausées persistantes et des vomissements.

300 personnes touchées avec des symptômes inquiétants

Plus troublant, alors même que la Covid-19 touche durement l’Inde, toutes ces personnes ont été testées négatives pour la maladie. Quant aux prélèvements sanguins, ils n’ont pas révélé d’infections virales connues comme la dengue et le chikungunya.

Pour l’heure, les autorités sont assez perplexes. Elles ont commencé par soupçonner un problème en lien avec l’eau, mais les tests de contamination n’ont rien révélé. Pas plus que les mesures prises au sujets de la pollution de l’air.

Des tests sanguins sont toujours en cours, mais ils n’ont rien donné pour le moment.

Aucune maladie identifiée

Face à la situation, les autorités indiennes ont donc demandé de l’aide aux instituts de santé. Ces derniers ont répondu par la positive et ils ont ainsi déployer sur place plusieurs équipes pour mener l’enquête et identifier la maladie à l’origine de ces troubles.

En plus des tests sanguins, les autorités ont d’ailleurs indiqué qu’elles menaient aussi des tests sur le lait et les aliments locaux. D’autres échantillons d’eau ont également été collectés sur l’ensemble du territoire pour confirmer les premiers résultats.

Pour le moment, 180 personnes ont pu sortir de l’hôpital après avoir passé ces derniers jours en observations. Il reste encore plus d’une centaine de personnes hospitalisées, dans un état qualifié de stable. Les médecins ont également rapporté le décès d’une patiente, mais ce dernier ne semble avoir aucun lien direct avec les symptômes recensés : elle a effectivement fait un arrêt cardiaque alors qu’elle se trouvait à l’hôpital.