Une vague de maladies respiratoires touche actuellement le Nord de la Chine

Depuis quelques semaines, les cas de maladies respiratoires ont beaucoup augmenté dans la partie Nord de la Chine, surtout chez les enfants. Sur les réseaux sociaux, beaucoup craignent une nouvelle pandémie, quatre ans après l’apparition de la COVID-19

Malgré les nombreuses spéculations en ligne sur l’apparition d’un nouveau virus venant de Chine ou d’une nouvelle COVID, les autorités sanitaires chinoises ont assuré que l’augmentation des cas était liée à la fin des restrictions liées à la COVID-19, à l’arrivée de l’hiver et à la circulation d’agents pathogènes connus. L’épidémie serait donc causée par la pneumonie à mycoplasmes, la grippe, le virus respiratoire syncytial (VRS) et le SARS-CoV-2 qui est responsable de la COVID-19.

Femme avec masque
Crédits 123RF.com

Récemment, le système de surveillance des maladies ProMED a également rapporté que certains hôpitaux chinois étaient submergés d’enfants malades à cause d’une épidémie de pneumonie. Rappelons que le ProMED avait autrefois alerté sur des mystérieux cas de pneumonie qui, plus tard, se sont révélés être des cas de COVID-19.

A lire aussi: Un nouveau traitement à base d’antibiotiques pour contrer une forme de pneumonie très dangereuse

Des agents pathogènes connus en cause ?

Selon les informations, les zones touchées par l’épidémie sont Pékin, la province du Liaoning et quelques autres régions du pays. Les personnes touchées présentent des symptômes tels que de la fièvre, une inflammation pulmonaire sans toux et des nodules pulmonaires. Ces nodules sont des bosses situées sur les poumons, résultant d’une infection antérieure. Pour le moment, aucun décès n’a encore été signalé.

Le mercredi 22 novembre dernier, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a demandé plus d’informations à la Chine concernant les enfants qui souffrent de « pneumonie non diagnostiquée ». Selon l’OMS, les informations détaillées disponibles sont limitées pour déterminer le risque global de ces cas signalés de maladies respiratoires chez les enfants. L’organisation a cependant indiqué qu’avec l’arrivée de la saison froide, une augmentation des cas de ce genre de maladie était à prévoir.

Le jeudi 23 novembre, Pékin a fait une déclaration selon laquelle il n’y aurait aucune détection d’agents pathogènes inhabituels ou nouveaux. Notons que depuis mi-octobre, le pays a pour la première fois commencé à surveiller la pneumonie à mycoplasmes.

Qu’en pensent les experts ?

Plusieurs experts se sont exprimés sur la situation actuelle en Chine. François Balloux de l’University College of London a expliqué que ces vagues de « sortie du confinement » étaient susceptibles d’être plus rudes en Chine à cause de la période de confinement qui y était beaucoup plus longue et plus dure que dans n’importe quel autre pays du monde. Selon lui, il n’y aurait aucune raison de soupçonner l’émergence d’un nouveau pathogène, sauf s’il y a de nouvelles preuves suggérant le contraire.

Pour Paul Hunter de l’University of East Anglia, au Royaume-Uni, à l’heure actuelle, les informations sont insuffisantes pour établir un diagnostic définitif. Cependant, il a déclaré que dans l’ensemble, il ne pense pas que l’épidémie soit causée par un nouveau virus. Selon Hunter, si c’était le cas, on aurait dû voir beaucoup plus d’infections chez les adultes. Les quelques infections signalées suggèrent qu’il existe déjà une immunité suite à une exposition antérieure. 

Pour Catherine Bennett du Deakin University, en Australie, les jeunes enfants scolarisés en Chine auront passé jusqu’à la moitié de leur vie sans l’exposition habituelle à des agents pathogènes courants et par conséquent, n’auront pas les mêmes niveaux d’immunité.

Quoi qu’il en soit, l’OMS recommande aux habitants des régions concernées de suivre les règles d’hygiène sanitaire contre les maladies respiratoires. Ils doivent se faire vacciner, s’isoler en cas d’apparition de symptômes, se faire diagnostiquer ou encore porter des masques si besoin.

SOURCE: Sciencealert

1 réflexion au sujet de « Une vague de maladies respiratoires touche actuellement le Nord de la Chine »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.