Manger régulièrement des viandes rouges transformées serait dangereux pour la santé

Vous faites partie de ces personnes qui n’arrivent pas à se passer de viande au quotidien ? Vous raffolez particulièrement des viandes rouges et/ou transformées ?

Il serait peut-être temps de revoir votre régime alimentaire, car une nouvelle étude scientifique a dévoilé que consommer régulièrement des petites quantités de viandes rouges et transformées pourrait vous être fatal.

viande

Crédits Pixabay

C’est en tout cas ce qu’affirment des chercheurs de l’Université de Loma Linda aux États-Unis. Ces derniers ont en effet découvert que le fait de consommer ces viandes « transformées », même en petite quantité, augmente le risque de décès, toutes causes confondues, chez les personnes concernées.

Les recherches continuent encore pour tenter de déterminer d’en savoir plus sur les effets (néfastes) des viandes rouges et transformées sur la santé.

Une étude qui a duré dix ans

Saeed Mastour Alshahrani, un des principaux meneurs de l’étude, a expliqué que les recherches consistaient à « […] examiner de plus près l’association de faibles consommations de viande rouge et transformée avec toutes causes confondues, de maladies cardiovasculaires et de mortalité par cancer par rapport à ceux qui ne mangent pas de viande du tout. »

Pour ce faire, Alshahrani et ses collègues ont étudié les régimes alimentaires et les décès de près de 8 000 personnes durant une période de onze ans. Ils ont découvert que 90 % des personnes qui consomment de la viande rouge, n’en mangent que 50 grammes, voire même moins par jour.

Ils ont aussi constaté qu’au cours de ces 11 années, 2 600 des personnes qui mangent un peu de viande rouge tous les jours sont mortes de maladie cardiaque, tandis que 1 800 ont succombé à un cancer.

Les raisons restent encore mystérieuses

Saeed Mastour Alshahrani a admis que lui et ses collègues ne savent pas encore pourquoi le fait de manger régulièrement de la viande rouge en petite quantité semble davantage exposer à la mort que le fait de ne pas en manger du tout : « une question sur les effets d’une consommation réduite par rapport à une consommation sans viande est restée sans réponse ».

En attendant d’en savoir plus, les scientifiques espèrent cependant que le résultat de leurs recherches incitera les consommateurs à manger moins de viande. Comme l’explique le docteur Micahel Orlich, co-auteur de l’étude : « nos résultats renforcent les preuves suggérant déjà que la consommation de viande rouge et transformée peut avoir un impact négatif sur la santé et la durée de vie. »

Mots-clés santé