Manhattan vendu pour 24 $ de bibelots ?

D’après une lettre rédigée par un marchand hollandais nommé Pieter Schagen, une vente avait eu lieu entre les Hollandais et les Amérindiens, en 1626. Il y est écrit que toute l’île de Manhattan avait été vendue à un dénommé Peter Minuit par des Munsees pour 60 florins, la monnaie hollandaise de l’époque. Cette transaction historique aurait façonné l’histoire de New York.

À cette époque, les Hollandais voulaient s’imposer face aux autres concurrents européens. Or, l’épanouissement de leur commerce de peaux de castor dépendait des autochtones. De ce fait, ils se sont approprié des territoires à travers Manhattan, Brooklyn, Governors Island et Staten Island.

Image par Michael Pewny de Pixabay
Image par Michael Pewny de Pixabay 

La transaction aurait ensuite pris une autre tournure, au point où la valeur de la vente se serait dépréciée à 24 dollars de perles et de babioles. Le déroulement de cet échange et la raison pour laquelle les terres ont été cédées aussi facilement restent inconnus.

Une transaction historique symbolisant les origines de New York 

Le manque de preuves ne signifie pas que l’échange n’a pas eu lieu. D’autres actes fonciers similaires ont également été signés de manière officielle par des Amérindiens et des Hollandais. Il s’agit de Staten Island en 1630, quelques parties de Long Island en 1639 et une autre vente de Manhattan en 1649.

« La lettre de Schagen est le seul document en notre possession. Pourtant, l’auteur lui-même n’était jamais allé à New York. La seule information détaillée concerne la valeur de l’échange qui a été de 60 florins. »

Johanna Gorelick, responsable du département éducatif du Smithsonian National Museum of the American Indian  

Un accord de partage pour une période limitée ?

Cette vente de 1626 serait la première transaction historique qui ait eu lieu à Manhattan. Elle est d’ailleurs comme un symbole déterminant des origines de la ville de New York.

Il est peu probable que les indigènes de Manhattan se soient vraiment engagés à vendre leur terre. Cette modeste somme n’aurait pas du tout été à la hauteur du contrat. Pour les Amérindiens, l’accord aurait été que les Hollandais pouvaient partager les terres ou les habiter pour une période limitée.

D’après les récits, les Amérindiens n’ont pas été expulsés de leur terre. Ils auraient vécu aux côtés des Hollandais jusqu’à ce que les Anglais s’y soient installés. Ces derniers l’auraient ensuite donné le nom de New York, en 1664.