Mars aurait subi de gigantesques inondations

Alors que l’avenir de la Terre semble de plus en plus incertain, avec le changement climatique et les ressources qui s’épuisent, l’homme cherche un nouveau pied-à-terre dans le vaste univers qui nous entoure. Mais en attendant de pouvoir poser pied sur une planète lointaine potentiellement habitable, les scientifiques s’intéressent particulièrement à l’un de nos voisins proches, Mars.

Justement, on vient d’en apprendre un peu plus sur la planète rouge. En effet, on a désormais une idée de ce qui pourrait avoir causé les immenses canyons à la surface de Mars : des « méga-inondations » !

Mars

De l’eau en abondance sur Mars jadis

Il y a bien longtemps, environ 3,7 milliards d’années auparavant, Mars était une planète plus chaude et plus humide qu’elle ne l’est aujourd’hui.

Les scientifiques pensent qu’à cette époque elle hébergeait probablement des centaines de lacs et rivières potentiellement favorables à la vie. Bien entendu ces eaux ont disparu aujourd’hui, mais Mars porte encore les traces de leur présence de jadis. Pour les scientifiques qui étudient le passé aqueux de Mars, ces reliefs appelés paléolacs et paléochannels, sont de précieuses mines d’information.

Dans un rapport publié vendredi 16 novembre dans la revue scientifique Geology, des chercheurs expliquent comment certains des anciens lacs de la planète rouge ont jadis débordé de leur bassin, provoquant des inondations soudaines, appelées « méga-inondations ».

Ce sont ces méga-inondations qui seraient à l’origine des larges canyons visibles aujourd’hui sur Mars.

Un espoir pour la recherche de la vie sur Mars

L’équipe de scientifiques à l’origine de cette découverte est dirigée par Tim Goudge, chercheur post-doctoral à l’université d’Austin, au Texas. Tim et son équipe se sont basés sur des photographies haute résolution prises par le Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA, pour étudier 24 bassins d’anciens paléolacs sur Mars.

Ils ont remarqué que chacun de ces paléolacs présentait des brèches sur les côtés. C’est par ces failles que leur eau s’est échappée et a formé des canyons sur la planète rouge il y a des milliards d’années.

La prochaine étape pour les scientifiques est d’envoyer un robot au fond des paléolacs martiens pour chercher des traces anciennes de vie. La NASA compte ainsi poser le rover de la mission Mars 2020 dans l’un des cratères étudiés par Tim et son équipe,  du nom de Jezero et qui mesure environ 50 kilomètres de large.

Mots-clés astronomiemars