Mars et l’énigme de son équateur continuent de fasciner les chercheurs

Les deux hémisphères de Mars sont très différents. L’hémisphère nord-est caractérisé par des plaines basses et lisses. Par contre, la moitié sud de la planète est couverte de terrains accidentés qui s’élèvent jusqu’à 3 km plus hauts que les terres du nord. Selon les estimations des chercheurs, la surface du sud serait également plus vieille que celle du nord.

Les deux hémisphères sont séparés par une zone de transition appelée « terrain en relief ».

Mars vu par les sondes

Crédits ESA

Cet équateur martien présente des caractéristiques, des modèles et des processus géologiques fascinants. La caméra de la sonde Mars Express a capturé des images de Deuteronilus Mensae, une région située dans cette zone de transition. Après l’avoir étudié, les scientifiques pensent qu’elle a autrefois abrité une calotte glaciaire.

À titre de rappel, le vaisseau Mars Express, de l’Agence spatiale européenne, orbite autour de la planète rouge depuis 2003. Les images de Deuteronilus Mensae ont été capturées par sa caméra stéréoscopique à haute résolution (HRSC).

Une importante activité glaciaire

Actuellement, Deuteronilus Mensae est caractérisé par des falaises, des canyons, des escarpements, des monticules à flancs abrupts et à sommet plat (mesa), des sillons, des crêtes fracturées, etc. Pourtant, les scientifiques pensent que le paysage était autrefois fait de plaines et de plateaux.

D’après les chercheurs, cette transformation aurait été causée par une importante activité glaciaire. Le réseau de chenaux sinueux aurait alors été créé par l’écoulement de la glace. Le phénomène aurait perduré durant de nombreuses époques martiennes. La glace aurait fondu à cause du réchauffement de Mars et de la détérioration de son atmosphère.

Une calotte glaciaire régionale ?

Des études antérieures ont déjà démontré que la teneur en glace de certaines parties de cette région pourrait atteindre jusqu’à 90 %. Ce résultat tend à confirmer que Deuteronilus Mensae contenait probablement, non pas des poches de glace et des glaciers individuels ou occasionnels, mais une calotte glaciaire régionale.

Les données recueillies par Mars Express sont en accord avec celles qui ont été collectées par l’orbiteur de reconnaissance Mars (MRO) de la NASA. Cette sonde capture également des images à haute résolution de la surface martienne.

Par ailleurs, le relief de la région est relativement comparable à un glissement de terrain ou une coulée de boue sur Terre.

Mots-clés mars